Amazon teste les 30 heures hebdomadaires

le
0

Amazon a dernièrement créé la surprise aux États-Unis en décidant de tester la semaine de 30 heures. Le New York Times avait épinglé l’entreprise l’année dernière sur la qualité discutable de son environnement de travail. Décrit comme tyrannique et infernal, le quotidien alléguait d’heures supplémentaires abusives et de congés accordés trop rarement. Doit-on pour autant en conclure que le géant du commerce électronique s’est converti aux mesures sociales ?

Amazon teste la semaine de 30h aux USA
Amazon teste la semaine de 30h aux USA

Une réduction du temps de travail… et du salaire

Le cadeau d’Amazon à ses employés est tout relatif. En effet les équipes travaillant à temps partiel sur 30 heures réparties du lundi au jeudi, verront leur salaire réduit de 25%. La durée de travail hebdomadaire aux États-Unis étant de 40 heures, la réduction de salaire est donc proportionnelle à la réduction du temps de travail. Toutefois ces salariés auront droit aux mêmes avantages que les autres employés. L’évolution est notable car les entreprises américaines ont souvent recours à des salariés à temps partiel, car ils ne bénéficient pas des mêmes droits aux prestations de santé et sont plus faciles à licencier. Il s’agit donc d’un beau geste de la part du géant du commerce en ligne. Les quelques douzaines de salariés ayant signé un contrat de 30 heures pourront passer ou repasser aux 40 heures s’ils le souhaitent.

Pourquoi passer aux 30 heures ?

En réalité, Amazon teste non pas la réduction du temps de travail, mais la création d’équipes entières travaillant à temps partiel, managers compris, pour comparer leurs performances avec celles des équipes à temps plein. Les salariés à temps partiel travailleront du lundi au jeudi, avec une présence obligatoire de 10h à 14h, et des horaires flexibles en dehors de cette plage horaire. Les employés seront recrutés au sein même de l’entreprise ainsi qu’en externe. Les représentants d’Amazon ont annoncé lors d’une conférence vouloir : « Créer un environnement de travail sur-mesure pour les horaires réduits, mais qui permette tout de même de favoriser le succès et le développement de carrière ». Autrement dit, le but est de faire des salariés à temps partiel de vrais acteurs de l’entreprise, alors qu’ils sont souvent la cinquième roue du carrosse.

À qui cela pourrait-il profiter ?

En premier lieu, à Amazon, bien sûr. Si la période de test est concluante et que la pratique se généralise, de nombreux salariés qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas travailler à temps plein pourraient opter pour ce système.. De plus, la société espère observer une meilleure productivité chez ces salariés qui bénéficieront d’horaires adaptés à leur vie personnelle et devraient être moins épuisés par les longues heures de travail. Enfin, le dispositif pourrait amener les femmes à postuler au sein de l’entreprise, pour des raisons de praticité domestique et familiale. Cela aurait pour effet d’améliorer la parité au sein des entrepôts et des bureaux du site de commerce en ligne. Ces bénéfices seront des occasions pour le géant américain de redorer son blason.

Trucs et astuces

La durée de travail réduite à 30 heures a déjà été mise en œuvre au Pays-Bas avec succès. Il est remarquable de constater qu’une entreprise Américaine, réputée pour ses conditions de travail difficiles, opère un virage aussi progressiste. L’exemple sera-t-il suivi par d’autres acteurs économiques? Au pays de l’ultralibéralisme un tel changement serait une véritable révolution culturelle.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant