Alexis Tsipras réitère son appel à voter "non" au référendum

le
5
ALEXIS TSIPRAS APPELLE TOUJOURS À VOTER "NON" AU RÉFÉRENDUM
ALEXIS TSIPRAS APPELLE TOUJOURS À VOTER "NON" AU RÉFÉRENDUM

par Lefteris Karagiannopoulos et Paul Taylor

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - Le Premier ministre grec a réitéré mercredi son appel à voter "non" aux propositions des créanciers de la Grèce lors du référendum, défiant ses créanciers internationaux avant le vote de dimanche qui pourrait décider de l'avenir européen du pays.

Moins de 24 heures après avoir écrit à ses créanciers que la Grèce était susceptible d'accepter leur dernier projet d'accord, sous réserve de quelques modifications, Alexis Tsipras a réaffirmé que le pays faisait l'objet d'un "chantage", démentant les rumeurs de report, voire d'annulation, du référendum.

Dans son allocution télévisée, il a accentué l'ambiance survoltée, et parfois surréaliste, de ces derniers jours pendant lesquels les déclarations agressives ont succédé aux offres de concessions de dernière minute.

Le Premier ministre a dit à ses compatriotes que voter "non" ne serait pas un rejet de l'Europe ni de l'euro mais au contraire renforcerait la pression sur les créanciers de la Grèce pour qu'ils acceptent un plan économiquement viable permettant au pays de se financer à nouveau sur les marchés.

"Le référendum de dimanche ne porte pas sur la place de notre pays dans l'euro, c'est un acquis et personne ne peut en douter", a ajouté Alexis Tsipras.

Le chef du gouvernement grec est soumis à de fortes pressions politiques dans son pays, où de longues queues se formaient mercredi devant les distributeurs de banques après le défaut de la Grèce face au Fonds monétaire international (FMI).

Les ministres des Finances de la zone euro ont discuté mercredi lors d'une téléconférence de la demande grecque d'un prêt de 29 milliards d'euros pour couvrir le service de sa dette en échange de l'acceptation des propositions de ses créanciers.

Alexis Tsipras a déclaré qu'il répondrait "immédiatement" à tout signal positif de la part de ses interlocuteurs.

"Le gouvernement grec restera à la table des négociations jusqu'à la fin et sera encore là lundi", a-t-il dit.

DANS L'ATTENTE DU RÉFÉRENDUM

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, avait prévenu avant l'Eurogroupe qu'il y avait "peu de chances" du moindre progrès après le discours de Tsipras. La réunion s'est terminée sans annonce, à part celle qu'il n'y aurait pas de nouvelle réunion avant dimanche.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mercredi que la Grèce n'avait pas respecté ses engagements mais que la porte avait toujours été ouverte aux négociations et le restait.

Elle a toutefois réaffirmé que des négociations n'étaient pas possibles avant le référendum.

"Nous attendons maintenant le référendum. Avant le référendum, aucune discussion supplémentaire sur un programme d'aide ne peut avoir lieu", a dit la chancelière allemande.

Plus virulent, son ministre des Finances Wolfgang Schäuble a accusé le gouvernement grec d'avoir constamment renié ses engagements depuis son arrivée au pouvoir.

"Ce gouvernement n'a rien fait depuis qu'il est entré en fonction", a-t-il dit dans un discours au Bundestag.

"Il n'a fait que revenir en arrière. Il a renié les engagements qu'il avait accepté auparavant (...) Vous ne pouvez pas, en toute honnêteté, vous attendre à ce que nous discutions avec eux dans une situation pareille. Nous devons attendre de voir ce qui se passe en Grèce.".

HOLLANDE PREND LE CONTREPIED DE MERKEL

François Hollande a pris mercredi le contrepied d'Angela Merkel en plaidant pour un accord avec la Grèce avant le référendum, sous peine de plonger la zone euro "dans le vide".

"Il faut être clair, l'accord c'est tout de suite, il ne peut pas être différé, ça fait tellement de temps qu'on attend cet accord, il faut qu'il vienne. Ensuite il faudra en tirer les conclusions", a dit le président en marge d'une visite à Lyon.

La Grèce ne peut plus compter sur les aides liées à son deuxième plan de sauvetage financier, devenu caduc mardi soir.

De même, avec le défaut de paiement constaté par le FMI, Athènes n'aura plus accès à des financements de cet organisme tant qu'elle n'aura pas réglé son arriéré, qui se monte à 1,6 milliard d'euros.

Selon un sondage publié mercredi, le "non" l'emporterait au référendum avec 54% des voix contre 33% pour le "oui", ce qui souligne que l'écart s'est réduit depuis que le gouvernement a dû décider de fermer les banques et d'imposer le contrôle des capitaux. Auparavant, 57% des sondés étaient pour le "non".

(avec Noah Barkin à Berlin, Sophie Louet à Paris et Catherine Lagrange à Lyon, Danielle Rouquié et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey et Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zobul7 le jeudi 2 juil 2015 à 00:01

    On leur demande de voter oui on non sans leur donner le texte de l'accord ! Même quand la question est claire à un référendum, les électeurs répondent à ce qu'ils veulent bien comprendre. Alors dans ce cas il est bien difficile de savoir sur quelle base ils vont voter. Peut être un oui ou non à Tsipras ?

  • CastorDG le mercredi 1 juil 2015 à 23:49

    Dans l'impossibilité de par les traités de procéder à un Grexit, l'Eurogroupe n'aura que 2 solutions : étrangler financièrement la Grèce pour l'obliger à demander sa sortie de l'Union ou la financer jusqu'à la fin des temps. Je me demande encore comment on a pu en arriver là avec autant d'experts à Bruxelles ! Heureusement FH va nous sauver ! LOL !

  • mark92 le mercredi 1 juil 2015 à 21:11

    Il a voulu jouer, il a gagné. Encore 6 mois de bonnes bouffes, avions, bureaux, voitures avec chauffeurs, hôtel 5*.. gratos si le non l’emporte. 8 jours si le oui l’emporte. Après c’est le chômage comme 26% de la population.

  • 445566ZM le mercredi 1 juil 2015 à 21:03

    Après trois jours de pagaille, les grecs vont voter majoritairement "oui". Dans ce cas le premier ministre, désavoué par le peuple, devra démissionner. Et après, un délai pour le nouveau gouvernement et un nouvel tour de négociation avec des grecs malins.

  • 72805271 le mercredi 1 juil 2015 à 20:52

    s'ils votent non, c'est non à l'Europe.

Partenaires Taux