Alcool: les Français consomment moins, mais privilégient la qualité

le
0

Les foyers français ont acheté des boissons alcoolisées en moins grandes quantités que les années précédentes, mais y ont consacré 26 euros de plus, selon le baromètre annuel de l'association Entreprise et Prévention.

La qualité plutôt que la quantité. Les Français ont réduit leur consommation de boissons alcoolisés, mais y consacrent un budget plus important, révèle le baromètre annuel de l'association Entreprise et Prévention. Selon l'étude Ifop sur la fréquence des consommations, l'une des trois composantes du baromètre, elles sont 7% parmi les femmes interrogées à avoir consommé des boissons alcoolisées au moins une fois par jour en 2014, contre 17% chez les hommes. La proportion augmente lorsqu'on parle d'une consommation hebdomadaire: 27% chez les femmes en 2014, et 38% chez les hommes.

«Les Français privilégient la qualité et ne consomment plus tous les jours, mais de manière occasionnelle et probablement plus conviviale et festive», analyse Alexis Capitant, directeur général d'Entreprise & Prévention, qui regroupe 18 entreprises du secteur des boissons alcoolisées. Toutes catégories confondues, ils étaient 15% à déclarer consommer de l'alcool quotidiennement en 2010, contre 12% en 2014.

La fréquentation des bars, cafés et restaurants en baisse

Côté achat, les foyers ont acheté aussi souvent que l'année passée, mais en moins grandes quantités, note l'étude. En parallèle, le budget, lui, continue de croître. «En six ans, les Français ont réduit leurs achats annuels de boissons alcoolisées de 2,3 litres, à 73,2 litres par an en 2014, mais ils y ont consacré 26 euros de plus», constate le baromètre. L'année dernière, les Français accordaient un budget moyen annuel de 327,1 euros aux boissons alcoolisées, contre 322,5 euros en 2012, et 301,2 euros en 2008. «Ce phénomène est encouragé par les entreprises du secteur dans la mesure où les ventes d'alcool baissent depuis 50 ans, reconnaît Alexis Capitant. Les entreprises ont intérêt à vendre des produits plus qualitatifs, plus chers, c'est ce qu'on appelle la ‘premiumisation'», ou montée en gamme.

La fréquentation des cafés, restaurants, bars, troisième indicateur du baromètre, est en baisse de 0,8% en 2014 par rapport à 2013. La consommation de boissons alcoolisées dans ces établissements atteint elle son niveau le plus bas. Selon les résultats d'un panel de la société NPD Group, moins d'un client sur deux (43,9%) commande de l'alcool, contre 46,7% en 2008.

Les londoniens consomment plus «à l'extérieur» que les parisiens

Malgré un plus grand nombre d'établissements à Paris qu'à Londres, les londoniens sont les rois de la bière, selon une étude Nielsen. Ils consomment hors domicile 7 fois plus de bière par habitant et par an que les parisiens. A boire avec modération toutefois: les séjours hospitaliers liés spécifiquement à l'alcool auraient coûté en hospitalisations 2,64 milliards d'euros en 2012, selon une étude publiée dans la revue de l'Institut de veille sanitaire (BEH). Soit 3,6% des dépenses hospitalières totales.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant