Alain Juppé vu par FOG : un tendre à la peau dure

le
0

Le revenant de 2017 n'est pas celui que l'on croit. En 2004, les yeux humides, Alain Juppé remercie les « Bordelaises et les Bordelais » de leur soutien. L'ex-Premier ministre abandonne tous ses mandats après sa condamnation dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. Il tire un trait sur son avenir présidentiel. Le « probablement meilleur d'entre nous » file s'exiler au Canada, son île d'Elbe à lui. Douze ans plus tard, le voici revenu au premier plan. Son retour n'a pas la bravoure du débarquement de Golfe-Juan, mais l'envie de voler du clocher de la primaire au clocher de la présidentielle demeure intacte. Une renaissance. C'est tout le sens du documentaire de Franz-Olivier Giesbert diffusé ce lundi sur France 3.

Un catholique agnostique

Intitulé Juppé, le ressuscité, le reportage compare le maire de Bordeaux à Jésus. Ou presque. « En politique, on meurt souvent, on ne renaît pas toujours », précise le journaliste. L'homme qui marche sur l'eau « sondagière » apparaît sous un nouveau jour. FOG s'interroge. Juppé trop coincé ? « Est-ce l'effet de l'arrogance ou de la timidité ? » Après une heure et demie de reportage, on dira un peu des deux. « Je suis orgueilleux, j'ai une certaine idée de ce que je suis [?] L'orgueil est parfois une vertu », répond Alain Juppé.

Le journaliste revient sur l'enfance du maire de Bordeaux. Une enfance...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant