Alain Juppé met une droite à Sarkozy

le
1
Le maire de Bordeaux Alain Juppé plaide pour un discours fort sur les questions régaliennes, tout en préservant la digue avec le FN de Marine Le Pen.
Le maire de Bordeaux Alain Juppé plaide pour un discours fort sur les questions régaliennes, tout en préservant la digue avec le FN de Marine Le Pen.

"Être honnête, humble et déterminé" : voilà le triptyque qui guide Alain Juppé quatre jours après les attentats meurtriers de Paris. S'interdisant "toute surenchère" et soucieux de respecter "l'unité nationale", le maire de Bordeaux a dévoilé mardi ses propositions en matière de sécurité. Invité sur le plateau de RMC et BFM TV, il a commencé par un mea culpa au nom de sa famille politique, reconnaissant que le dernier gouvernement de droite dont il fut membre avait eu "tort de supprimer une dizaine de milliers de postes" de policier et de gendarme entre 2007 et 2012. Une claque décrochée à l'ex-chef de l'État Nicolas Sarkozy qui avait donné son feu vert à ces suppressions de postes prévues dans la révision générale des politiques publiques lancée au début de son quinquennat. Candidat déclaré à la primaire à droite, Alain Juppé salue donc le recrutement de 5 000 nouveaux policiers et gendarmes ainsi que les créations de postes dans les douanes annoncés par François Hollande lundi devant les parlementaires réunis en congrès. "Lorsque le gouvernement et le président prennent des initiatives qui vont dans le bon sens, il faut les soutenir", insiste l'ancien ministre des Affaires étrangères.

Un diplôme pour les imams

Après avoir réuni sa garde rapprochée mardi matin, Alain Juppé a exposé plusieurs propositions. Avec un objectif : faire taire ceux qui, dans son camp, reprochent au chantre de "l'identité heureuse" de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le mercredi 18 nov 2015 à 07:46

    Ils n'ont jamais honte