Alain Juppé : l'argument qui tue

le
0
Alain Juppé s'est engagé à ne faire qu'un seul mandat s'il est élu. Force ou terrible aveu de faiblesse ?
Alain Juppé s'est engagé à ne faire qu'un seul mandat s'il est élu. Force ou terrible aveu de faiblesse ?

Abandonnant François Fillon, Valérie Pécresse a donc choisi de soutenir Alain Juppé. Pourquoi pas ? Elle prête à Juppé un atout qu'il est le seul à pouvoir brandir ? avantage de son âge : « Il ne fera qu'un seul mandat, s'enthousiasme la patronne de la région Île-de-France. Il va être libéré de la contrainte de plaire, de séduire pour être réélu. Il sera préservé de l'impuissance qui guette tous les présidents obsédés par leur réélection. »

Cet argumentaire paraît aller de soi. Il est en outre très largement partagé par l'opinion. On a trop vu, en effet, des présidents qui s'abstenaient d'agir, ou agissaient pour caresser le peuple dans le sens du poil, dans le seul but d'y gagner une popularité propice à leur réélection. Et tant pis pour l'intérêt du pays !

Mais qui ne voit que cet argument avancé par Mme Pécresse est aussi un formidable et déprimant aveu ? La peur électorale aurait-elle donc tué la volonté politique d'Alain Juppé qu'il ait recours au mandat unique pour la garantir inaliénable ? Aurait-il besoin de cette béquille pour le faire tenir droit dans ses convictions, suppléant un courage qui, sinon, aurait été défaillant ? Ce n'est pas franchement flatteur pour lui.

Péché mignon

C'est, en outre, au-delà de son cas particulier, de très courte vue. Juppé sera donc courageux, soit. Mais à n'être le président que d'un mandat, il sera, à peine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant