Alain Juppé juge que l'UMP devait "tourner la page"

le , mis à jour à 19:20
0

PARIS (Reuters) - "J'ai aimé l'UMP, je suis sûr que j'aimerai les Républicains", déclare Alain Juppé dans un entretien à paraître samedi dans Le Figaro où le principal rival à droite de Nicolas Sarkozy pour l'élection présidentielle de 2017 se présente comme "un homme de droite ouvert, pas sectaire".

Le changement d'appellation de l'UMP, soumis jeudi et vendredi au vote des militants, devrait être entériné samedi lors d'un congrès "fondateur" sous l'égide de Nicolas Sarkozy.

"Aujourd'hui, une page se tourne, et il fallait la tourner. Compte tenu des événements des trois dernières années, il était nécessaire de donner un nouveau visage à notre formation politique", plaide Alain Juppé, qui ne s'était pas rallié d'emblée à ce nouveau baptême.

"J'ai aimé l'UMP, je suis sûr que j'aimerai les Républicains. Cette journée doit être un moment d'unité", souligne-t-il en ajoutant que l'heure de la compétition interne n'a pas sonné.

"Il y a un temps pour tout. Aujourd'hui, c'est celui du congrès puis viendra celui des élections régionales, qui seront un moment fort de mobilisation. Ensuite seulement viendra le temps de la primaire, à laquelle je me suis porté candidat, puis celui de la présidentielle. Il ne faut pas tout mélanger", dit-il.

Le vainqueur de la primaire de 2016, où un duel Sarkozy-Juppé est pronostiqué, "ce sera lui, moi ou un autre", poursuit le maire de Bordeaux en démentant de nouveau tout accord avec François Fillon, autre candidat déclaré.

(Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant