Alain Juppé, dans la peau du challengeur

le
0
Entouré de Jean-Pierre Raffarin, de Jean-Christophe Lagarde (UDI), de Jean-François Copé, et de NKM, Juppé a voulu montrer qu?il n?était pas seul. 
Entouré de Jean-Pierre Raffarin, de Jean-Christophe Lagarde (UDI), de Jean-François Copé, et de NKM, Juppé a voulu montrer qu?il n?était pas seul. 

Il avait promis de mettre « la gomme ». C'est un Alain Juppé transformé, combatif, voire « libéré », selon certains, que l'on allait voir mardi soir, à Toulouse, pour son avant-dernier meeting. L'avant-dernier et le premier de cette campagne de second tour. « Une nouvelle campagne », disent en ch?ur ses proches, comme pour exorciser le cauchemar de dimanche dernier, qui a vu arriver leur champion deuxième (28,5 %). Loin, très loin, derrière François Fillon (44,1 %).

Signe que l'heure est grave, c'est la discrète Isabelle Juppé qui ouvre le bal devant les 2 000 personnes réunies dans la salle Jean Mermoz. « Dans les moments graves, Alain sait faire primer la raison sur l'émotion », déclare la femme du candidat, tel un écho à la soirée de dimanche dernier. C'est avec elle, enfermé dans son bureau, boulevard Raspail (dans le 7e arrondissement de Paris), qu'il a pris la décision de « continuer le combat » alors que d'autres lui conseillaient d'abandonner. Celle qui officie chez Lagardère a aussi souligné « le rôle majeur et central » des femmes dans la société. Clin d'oeil, sans doute, à Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a rejoint le maire de Bordeaux, et qui était présente à Toulouse, mais aussi à toutes les femmes qui ne sont pas allées voter à la primaire le 20 novembre.

« Rectifier le tir »

Entouré de Jean-Pierre Raffarin, de Jean-Christophe Lagarde (UDI), de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant