Al-Qaida - EI : qui a frappé la France ?

le
0
Nasser ben Ali al-Anassi, l'un des chefs d'al-Qaida au Yémen, revendiquant dans une vidéo l'attaque contre Charlie Hebdo.
Nasser ben Ali al-Anassi, l'un des chefs d'al-Qaida au Yémen, revendiquant dans une vidéo l'attaque contre Charlie Hebdo.

Une semaine après les effroyables attentats qui ont visé la capitale française, des questions subsistent sur leurs possibles commanditaires. Au cours de la fusillade contre le siège de Charlie Hebdo, les frères Chérif et Saïd Kouachi ont revendiqué leur acte au nom d'al-Qaida au Yémen. Quant à Amedy Coulibaly, l'auteur de la fusillade de Montrouge et de la sanglante prise d'otages de l'épicerie casher de la porte de Vincennes, il a indiqué au cours de cette dernière agir au nom de l'organisation État islamique (EI). Problème, ces attentats "synchronisés", comme l'a indiqué Amedy Coulibaly, impliquent deux organisations rivales, si ce n'est ennemies, au Moyen-Orient. Et qui se combattent farouchement en Syrie, avec plus de 3 000 morts depuis fin 2013."Ces deux organisations djihadistes s'opposent sur le plan idéologique", souligne Mathieu Guidère*, professeur d'islamologie à l'université de Toulouse-Jean-Jaurès. "Al-Qaida prône un djihad global et déterritorialisé, dont le but est de convertir le monde entier en perpétrant des attentats. Pour ce faire, l'organisation forme des cellules qu'elle envoie en Occident", explique l'islamologue. "Au contraire, l'EI se situe dans un djihad territorialisé. Son but est de favoriser la venue de djihadistes au Moyen-Orient afin de créer un véritable État viable." Un rêve que l'organisation a concrétisé en juillet dernier avec la proclamation par son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, d'un "califat"...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant