Ajaccio : la municipale annulée pour "manoeuvres frauduleuses"

le
0
Laurent Marcangeli le soir de sa victoire aux municipales d'Ajaccio, en mars dernier.
Laurent Marcangeli le soir de sa victoire aux municipales d'Ajaccio, en mars dernier.

Alors que l'été joue les prolongations en Corse-du-Sud, les nuages se sont accumulés, jeudi matin, au-dessus de la tête du maire d'Ajaccio, l'UMP Laurent Marcangeli. Le tribunal administratif de Bastia a en effet annulé l'élection municipale d'Ajaccio, invoquant notamment des "manoeuvres frauduleuses" dans l'établissement des procurations. Les magistrats ont ainsi suivi les préconisations du rapporteur public qui avait mis en avant, lors de l'audience du 16 octobre dernier, une "manoeuvre" avec les procurations ayant "altéré la sincérité du scrutin".

Le tribunal a notamment constaté que la signature de 86 électeurs apposée lors du second tour était "significativement" différente de celle apposée au premier tour. Une série de procurations ont également été rédigées de la même main, alors que l'identité ou l'adresse de la personne sont "grossièrement contradictoires ou inexactes", souligne le rapport, qui évoque une "manoeuvre systématiquement organisée".

"L'honneur lavé des Ajacciens"

Ainsi, après déduction des suffrages irréguliers, seules 195 voix séparent le vainqueur de l'élection, l'UMP Laurent Marcangeli, du maire sortant (DVG) Simon Renucci. L'ancien premier magistrat, à l'origine du recours, avait perdu l'élection municipale de mars par une différence de 281 suffrages exprimés, soit un écart de 1,18 %. Dans le camp de la gauche, les proches de Renucci, qui crient à la fraude depuis le début, ont salué la décision du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant