Air France : une grève pour rien ?

le
1
Manifestation des pilotes d'Air France le 23 septembre 2014. La grève qui a duré deux semaines aura coûté un demi milliard à la compagnie.
Manifestation des pilotes d'Air France le 23 septembre 2014. La grève qui a duré deux semaines aura coûté un demi milliard à la compagnie.

Il n'y aura pas de Transavia bis ou de clone de la compagnie low cost du groupe Air France-KLM, possibilité qu'avait proposée le P-DG Alexandre de Juniac devant l'intransigeance des organisations professionnelles de pilotes limitant le développement de Transavia France. Le Syndicat national des pilotes de ligne Air France (SNPL), majoritaire, vient de faire savoir que les négociations post grève avaient abouti et qu'il était prêt à signer un accord avec la direction. Ce communiqué met fin au plus long conflit d'Air France depuis sa privatisation, qui s'est soldé par un demi-milliard d'euros de pertes. Un demi-milliard pour rien ? En effet, les points d'accord déclinés par le SNPL étaient déjà acquis lors du troisième jour de grève lorsque le P-DG du groupe franco-hollandais a accepté de retirer le concept de Transavia Europe, une low cost délocalisée hors de France ou des Pays-Bas pour bénéficier de coûts sociaux moins élevés.Pas de contrat unique Air France-Transavia De son côté, le SNPL renonce au contrat unique qui voulait que les pilotes de Transavia aient les mêmes conditions d'emploi que ceux d'Air France, ce qui tuait le modèle low cost. Actuellement, les pilotes de Transavia reçoivent sensiblement le même salaire que ceux d'Air France en moyen-courrier, mais assurent un nombre d'heures de vol supérieur, proche de ceux de Ryanair ou d'EasyJet. De plus, si les jours de repos réglementaires sont bien respectés, les jours...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le vendredi 17 oct 2014 à 15:37

    Il faudra réfléchir à la légitimité d'un tel syndicat comme interlocuteur crédible, et envisager sa dissolution le cas échéant.