Afghanistan : quand les talibans condamnent Daech

le
0
Samedi 23 juillet, un attentat-suicide visant un défilé de la minorité chiite hazara a fait au moins 80 morts et plus de 230 blessés à Kaboul.
Samedi 23 juillet, un attentat-suicide visant un défilé de la minorité chiite hazara a fait au moins 80 morts et plus de 230 blessés à Kaboul.

Si, depuis quelques mois, le groupe État islamique perd du terrain en Irak et en Syrie, l'organisation terroriste essaie d'avancer ses pions en Afghanistan, pays majoritairement sunnite et l'un des berceaux du djihadisme. Samedi 23 juillet, Daech a frappé Kaboul où un attentat-suicide contre un défilé de la minorité chiite hazara a fait au moins 80 morts et plus de 230 blessés. Les Hazaras sont considérés comme « impies » par l'EI.

Des stratégies divergentes

Le président afghan Ashraf Ghani a décrété une journée de deuil national, dimanche, en hommage aux victimes, et a dit vouloir « poursuivre les auteurs où qu'ils se trouvent ». Mais le gouvernement n'est pas le seul à combattre Daech. Les talibans, soutien depuis vingt ans d'Al-Qaïda, ont également condamné l'attentat. Pour Mathieu Guidère, professeur à l'université Paris-VIII et spécialiste des mouvements islamistes et djihadistes, leur objectif est le même, celui de faire le djihad, mais leurs stratégies diffèrent. « Les talibans sont des résistants à l'occupation étrangère », explique-t-il. En avril dernier, ils avaient lancé l'opération « Omari » avec pour but principal de démoraliser les forces occidentales et les forcer à quitter le pays. Si les talibans ont une stratégie plutôt nationaliste, Al-Qaïda prône un « djihad déterritorialisé ». Daech utilise une tout autre stratégie, celle de « tuer tous ceux qui ne sont pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant