Affrontements entre police et manifestants à Lyon

le
6
HEURTS ENTRE POLICE ET MANIFESTANTS À LYON
HEURTS ENTRE POLICE ET MANIFESTANTS À LYON

LYON (Reuters) - La fin de la manifestation contre la réforme du Code du travail a été marquée à Lyon par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre qui ont fait usage de bombes lacrymogènes contre ceux qui tentaient de forcer les barrages.

La police a interpellé trois personnes qui jetaient des projectiles sur les CRS et un hélicoptère survolait la place Bellecour, où les forces de l’ordre tentaient de contenir un millier de manifestants qui n’ont pas suivi les consignes de dispersion à l’arrivée du cortège place Jean Macé.

La manifestation lyonnaise a rassemblé 7.000 personnes selon la police et plus de 10.0000 selon les organisateurs.

En tête de cortège, lycéens et étudiants, suivis par les représentants des syndicats Unef, CGT, FO, FSU, Solidaires, ont entonné des slogans tels que "Lycéens, étudiants, travailleurs : On va gagner tous ensemble".

"A travers le projet de loi Travail et dans le contexte lourdement répressif de l’état d’urgence, le gouvernement vient de déclencher une offensive sans précédent contre les jeunes et les salariés", a dit Fabrice Torro, président du syndicat étudiant l’Unef à Lyon.

La manifestation lyonnaise a été marquée dès le milieu de l’après-midi par des débordements que les forces de police, très présentes sur le cortège, ont eu du mal à encadrer.

Les manifestants ont réussi à passer outre le balisage prévu par la préfecture de police et, à leur arrivée place Jean Macé, lieu prévu pour la dispersion, un groupe d’un millier de manifestants a poursuivi la marche au-delà de son point d’arrivée officielle pour s’engager cours Gambetta.

Le trafic routier a été fortement perturbé en centre ville par l’importance du cortège et plusieurs lignes de bus et de tramway ont été mises à l’arrêt.

(Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • froggy83 le mercredi 9 mar 2016 à 18:15

    le million de signataires n'a pas pu se rendre sur place car la sncf a trouvé le moyen d'entraver le même jour à la libre circulation des personnes, il faut dire que comme ils sont en grève ou perturbation un jour sur 2... on avait de fortes chances de tomber dedans

  • Pathor le mercredi 9 mar 2016 à 17:41

    Toujours les mêmes syndicats gauchisants qui manipulent des gamins....lamentable .

  • M6445098 le mercredi 9 mar 2016 à 17:18

    fabandri : sachant qu'une même personne pouvait signer plusieurs fois la pétition!

  • jplata le mercredi 9 mar 2016 à 17:14

    Je croyais que les manifestations étaient interdites?

  • fabandri le mercredi 9 mar 2016 à 17:11

    Ou est le million de signataire ?

  • dotcom1 le mercredi 9 mar 2016 à 16:57

    Ce type est irresponsable de poussez les jeunes à se blesser juste pour servir son ambition personnelle.