Affaire Tapie : Claude Guéant devant les juges

le
0
Claude Guéant est convoqué lundi 26 mai par la police dans l'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie et qui a soldé son conflit avec le Crédit lyonnais.
Claude Guéant est convoqué lundi 26 mai par la police dans l'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie et qui a soldé son conflit avec le Crédit lyonnais.

Claude Guéant "réserve désormais ses réponses à la justice". Il aura tout le loisir de le faire ce lundi devant les policiers de la brigade financière en charge de l'enquête sur les soupçons d'arbitrage truqué dans l'affaire opposant Bernard Tapie et l'ex-Crédit lyonnais. Au vu de sa convocation, il peut être interrogé comme simple témoin ou placé en garde à vue et pourrait être mis en examen dans le cadre d'une instruction ouverte pour "usage abusif de pouvoirs sociaux et recel de ce délit", "détournement de fonds publics" et "faux". L'ancien secrétaire général de l'Élysée est soupçonné d'avoir favorisé cette procédure controversée qui a permis à l'homme d'affaires d'obtenir 405 millions d'euros en juillet 2008, ce qu'il récuse catégoriquement. "L'Élysée était au courant, mais c'est le ministère des Finances qui a décidé", a soutenu en mars dernier sur RTL l'homme lige de la sarkozie. Quel rôle a joué celui que l'on nomme "le cardinal" dans ce que les juges considèrent comme "un simulacre d'arbitrage" ? Selon Libération, les magistrats sont persuadés que "Claude Guéant a été le destinataire de nombreuses demandes de Bernard Tapie depuis 2005", à l'époque où l'homme de l'ombre officiait à Bercy dans le cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget. Passé ensuite par la Place Beauvau, puis l'Élysée, Claude Guéant n'aurait pas coupé le fil avec l'affaire et ses protagonistes. Les enquêteurs ont établi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant