Affaire Pastor : le suspect numéro un accuse les policiers de manipulation

le
0
Wojciech Janowski, dans une voiture de police le 27 juin 2014, soupçonné d'avoir commandité le meurtre d'Hélène Pastor.
Wojciech Janowski, dans une voiture de police le 27 juin 2014, soupçonné d'avoir commandité le meurtre d'Hélène Pastor.

Me Erick Campana aura fort à faire cet après-midi devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence qui doit juger des nullités qu'il a soulevées au nom de son client Wojciech Janowski mis en examen et détenu pour le meurtre de sa "belle-mère", la multimilliardaire Hélène Pastor qui a fait fortune dans l'immobilier monégasque. Le 6 mai dernier, Hélène Pastor, 77 ans, et son chauffeur, Mohamed Darwich, 64 ans, avaient été abattus devant l'hôpital L'Archet de Nice lors d'un véritable guet-apens. Le chauffeur avait succombé à ses blessures le 10 mai, Hélène Pastor le 21 mai.

Tout accable le consul de Pologne à Monaco : les témoignages, surtout celui du coach sportif de Sylvia Pastor, la fille d'Hélène et de son compagnon Wojciech Janowski. Et surtout, ses aveux prononcés en toute fin de garde à vue. Depuis, devant le juge marseillais Christophe Perruault, il s'est rétracté. En fait, devant la PJ de Nice qui l'auditionnait, Janowski avait avoué... sans comprendre (dit-il) la question, bien qu'il vive depuis plus de trente ans sur le Rocher. "Cela fait partie des deux points principaux que j'évoquerai à l'audience, précise Me Campana au Point.fr : le défaut d'interprète alors que Janowski affirmait ne pas comprendre certains des termes employés. Les policiers auraient dû lui imposer un interprète."

Pas de preuve matérielle

L'autre élément qui sera discuté à l'audience paraît plus solide d'un point de vue procédural. Alors que le suspect...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant