Aéroports de Paris : fin de la "grève du zèle"

le
0
Les policiers aux frontières manifestaient contre la suppression d'un avantage social.
Les policiers aux frontières manifestaient contre la suppression d'un avantage social.

La « grève du zèle » de policiers aux frontières du syndicat Alliance contre la suppression d'un avantage social, qui a semé la pagaille à Roissy et à Orly samedi matin, a pris fin à la mi-journée après leur obtention d'un rendez-vous ce lundi place Beauvau, a-t-on appris de sources aéroportuaires. Pour la deuxième fois en un peu plus d'une semaine, les gardiens de la paix du syndicat Alliance chargés de l'inspection des passeports avaient oeuvré à des contrôles particulièrement méticuleux, entraînant d'énormes files d'attente de passagers et des retards de vols. Au plus fort du mouvement samedi matin, certains passagers devaient patienter plus de deux heures pour voir leur passeport contrôlé, dans un climat de tension et de confusion.

D'ailleurs, comme le rapporte notre journaliste Aziz Zemouri, ce samedi matin, un individu recherché depuis plusieurs mois a été arrêté à Roissy grâce à cette grève du zèle. Cela, alors que les cadres d'Aéroport de Paris poussent pour que les policiers se fassent moins tatillons lors des contrôles pour éviter les retards qui leur sont ensuite facturés.

« Le gouvernement tient un double discours : d'un côté, en paroles, il nous félicite pour notre action durant l'état d'urgence. En acte, il nous supprime des avantages sociaux légitimes. Tout le monde est touché par cette suppression, y compris les services de renseignements ! » s'indigne Thierry Mazé d'Alliance,...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant