À une semaine des attentats, l'Europe de Schengen au pied du mur

le
0
Des policiers montent la garde face à la tour Eiffel.
Des policiers montent la garde face à la tour Eiffel.

C'est déjà l'une des plus douloureuses commémorations : nous sommes vendredi 20 novembre, exactement une semaine après les terribles attentats de Paris qui ont fait 129 morts et 352 blessés. Un commanditaire arrivé de Syrie et au moins un suspect dans la nature : alors que l'enquête sur les attentats de Paris révèle d'importantes failles de sécurité, les ministres européens de l'Intérieur et de la Justice se réunissent ce vendredi à Bruxelles pour « renforcer la réponse européenne » à la menace djihadiste. « L'Europe est placée devant ses responsabilités. Les frontières doivent fonctionner. Il faut qu'on mette des moyens considérables pour assurer les contrôles aux frontières », a averti jeudi soir le Premier ministre français Manuel Valls sur France 2. Il ajoute même que Schengen sera « remis en cause » si l'« Europe n'assume pas ses responsabilités ». À Bruxelles, les ministres européens vont plancher sur la lutte contre le trafic d'armes, la mise en place des contrôles coordonnés et systématiques aux frontières de l'espace Schengen et l'approbation du PNR européen (un fichier de données sur les voyageurs aériens, NDLR) « avant la fin de l'année 2015 », comme le souhaite François Hollande, afin d'« assurer la traçabilité du retour des djihadistes ».

La mort d'Abaaoud inquiète

Abdelhamid Abaaoud, l'inspirateur présumé des plus sanglants attentats de l'histoire de France qui ont été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant