À Téhéran, les Iraniens sollicitent le changement

le
0
Une jeune Iranienne assiste à un meeting de campagne réformateur dans le centre Hejab à Téhéran, le 20 février 2016  
Une jeune Iranienne assiste à un meeting de campagne réformateur dans le centre Hejab à Téhéran, le 20 février 2016  

Les réformateurs sont de retour en Iran. En dépit des obstacles qui se sont dressés sur leur route, les partisans du changement, dans le cadre de la République islamique, ont effectué une impressionnante percée au Parlement. Malgré l'invalidation de 99 % de leurs candidatures par le puissant Conseil des gardiens de la Constitution, les députés réformateurs, qui avaient décidé de présenter des seconds couteaux et de faire alliance avec des modérés et même des conservateurs, ont raflé la totalité des 30 sièges du Majless (Parlement) dans la capitale.

Au c?ur des terribles embouteillages du boulevard Bucarest, dans le nord (aisé) de Téhéran, Leïla, 32 ans, ne boude pas son plaisir. « Notre vote montre que la population iranienne est à la recherche de modération, d'amélioration de la situation économique, et d'ouverture avec le monde », se félicite-t-elle. Technicienne dans une entreprise d'ingénierie, la jeune femme, foulard tombant et manteau de rigueur, a beaucoup étudié à l'étranger. Mais n'a pu résister au désir ardent de retrouver sa famille en Iran, malgré les difficultés. « Je sais ce que je veux aujourd'hui : vivre financièrement en sécurité auprès de ma famille et de mon mari. Et la seule voie pour nous sauver, c'est la réforme. »

Présent à ses côtés, son conjoint, Mohammad-Reza, 34 ans, abonde dans le même sens. « Le seul chemin pacifique pour atteindre la démocratie, c'est la...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant