À Noël, y aura-t-il des jouets français sous le sapin?

le
0

Deux Français sur trois se disent prêts à acheter «plus volontiers» des jouets frabriqués en France à Noël. Les consommateurs ont pourtant du mal à s'y retrouver dans des rayons largement dominés par le «made in China».

«Cette année le Père Noël est fier de fabriquer en France!» À quelques semaines de Noël, le 19 octobre dernier, l'Association des créateurs-fabricants de jouets français (ACFJF) a lancé une grande campagne d'un mois sous forme de jeu-concours pour promouvoir le «Made in France». Cette association, créée en 2014 à l'initiative de Vulli, Meccano, Smoby et Sentosphère pour défendre leurs marques, regroupe 24 fabricants pesant quelque 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires.

Pas moins de 900 magasins d'enseignes spécialisées, dont Toys'R'Us, JouéClub ou La Grande Récré, ont participé à cette campagne visant à imposer les jouets français dans la hotte du Père Noël. Il faut dire que ces enseignes répondent aussi à un engouement de leurs clients. Près de 65% des Français, soit deux sur trois, se disent en effet prêts à acheter «plus volontiers un jouet fabriqué en France» à Noël, selon le 11e baromètre annuel de La Grande Récré.

«Nous commercialisons des produits fabriqués en France depuis toujours. Nous constatons depuis cinq ans un engouement plus prononcé pour ces jouets de la part de nos clients», confirme Franck Mathais, directeur du département Consommation de La Grande Récré, cité dans un communiqué. «Nous constatons une dynamique des ventes des produits fabriqués en France dont nous estimons que la part de marché a cru de +1% au cours des cinq dernières années, pour atteindre 7% en 2014.»

Acheter local est une véritable tendance de consommation depuis ces dernières années en France, comme en Italie, en Grande-Bretagne ou en Allemagne, souligne ce baromètre. Pour Noël en 2013, Arnaud Montebourg - l'ancien ministre du Redressement productif toujours prêt à mouiller sa chemise pour défendre la production tricolore - faisait déjà la pub des jouets fabriqués dans l'Hexagone, appelant les Français à «voter pour le ‘Made in France' avec leur carte bleue». En clair, à offrir en priorité des jouets français pour Noël. «Je lance un appel à nos compatriotes: regardez les étiquettes et dirigez votre choix vers le ‘Made in France'», déclarait l'ex ministre.

Le grand flou des étiquettes

Pour les consommateurs, il n'est pourtant pas toujours facile de s'y retrouver dans des rayons largement dominés par les jouets «Made in China». Environ 80% des jouets vendus dans le monde sont fabriqués en Chine. Le magazine 60 millions de consommateurs ,édité par l'Institut national de la consommation (INC), a analysé les emballages des jouets dans deux magasins des enseignes Toys'R'Us et La Grande Récré, dans ce contexte où «les fabricants de jouets tricolores se mettent en avant». Son verdict: «Nous avons constaté que leurs promesses de 'Made in France' sont entourées d'un certain flou.»

Il prend notamment l'exemple de Sophie la girafe, le jouet star du groupe Vulli. Le packaging ne fait mention d'aucun lieu de production. D'autres articles du fabricant, à l'inverse, arborent une étiquette «Made in China». Interrogée par le magazine, la direction de Vulli explique avoir fait le choix de ne pas apposer la mention «Made in France» car «nous avons des références qui sont totalement fabriquées en France et certaines dans d'autres pays, mais emballées dans notre usine». Même ambiguité chez les poupées Corolle, dont tous les modèles analysés dans cette enquête sont étiquetés «création française» ou «designed in France»... alors qu'ils ne sont pas fabriquées en France, mais en Chine ou en Espagne!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant