À Hong Kong, les touristes chinois se bouchent les oreilles

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Fiona a vingt-deux ans, deux iPhone dans la poche de son minishort en jean, et des lunettes de geek rectangulaires noires, comme Joshua Wong, l'icône de la jeunesse de Hong Kong. Comme lui, elle est étudiante, parle cantonnais et se débrouille même en anglais. Elle aussi a passé sa journée de jeudi au coeur du quartier commerçant de l'ancienne colonie britannique. Mais pour faire du shopping. Et devant les manifestants ayant pris le contrôle de la chaussée face aux grands magasins de Causeway Bay, elle affiche une moue dubitative. "Je n'ai jamais vu ça. Mais, ils perdent leur temps. Il s'agit d'une cause perdue", affirme la jeune fille. Fiona vient de Zuhai, dans la province chinoise du Guangdong, à une heure de ferry d'ici. À des années-lumière de la contestation politique qui bouscule le pouvoir chinois.Les touristes du continent sont légion à Hong Kong, particulièrement cette semaine de vacances, autour de la fête nationale du 1er octobre. Mais ils évitent les zones occupés par les manifestants, et s'accrochent à la version délivrée par les médias officiels. "Occupy central ne nous affecte pas. C'est un petit groupe de gens. Nous sommes certains que les autorités vont pouvoir gérer la situation", affirme M. Zhou, venu avec sa petite famille depuis Shanghai. Pas question d'aller jeter un oeil curieux à la marée humaine qui a paralysé depuis plusieurs jours le coeur de la ville à Admiralty. Hong Kong et la population chinoise vivent toujours...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant