À Bordeaux, un balcon s'effondre dans un écoquartier neuf

le
6

Dans l’écoquartier Ginko, à Bordeaux-Lac, un balcon s’est effondré du 4e étage sur le 2e étage. L’accident n’a pas fait de victime mais la polémique enfle sur la qualité de la construction de ces bâtiments récents.

L’accident de balcon qui s’est produit ce mardi à Bordeaux est heureusement moins dramatique que celui qui avait fait cinq morts aux Etats-Unis en juin dernier, mais il suscite une importante polémique sur place. Il faut dire que le balcon s’est effondré du 4e étage sur le 2e étage sans supporter le moindre surpoids puisqu’il était vide et que le bâtiment est tout récent. Cet écoquartier de Bordeaux-Lac, baptisé Ginko n’a en effet vu arriver ses premiers habitants qu’en 2012.

Les experts en assurance examinent actuellement les lieux pour déterminer les responsabilités. Une chose est sûre: voisins, badauds et hommes politiques n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement. Il est vrai que les plaintes pour malfaçons ne manquent pas dans le quartier: infiltrations, problèmes de chauffage, mauvaises finitions des fenêtres… Des élus socialistes, de leur côté, n’ont pas hésité à dénoncer une ville laissée «en pâture à la spéculation immobilière au détriment de la qualité». Parmi eux, le conseillers départemental Philippe Dorthe demande même «un moratoire» sur tous les programmes immobiliers de la ville et réclame «une pause [dans ces chantiers] pour analyser cette politique».

Railleries et persiflage

Sur les réseaux sociaux, les remarques désobligeantes à l’encontre de Bouygues Immobilier qui a construit l’écoquartier, ne manquent pas. «Bravo, vous faites preuve de qualité!», persifle Peter Birss sur Twitter quand Benjamin Sarcy raille: «Bouygues_Immo a construit pour votre avenir…» Du côté du constructeur, on a tardé à réagir. Un communiqué publié aujourd’hui précise que le constructeur est «extrêmement sensible à l’inquiétude que génère cet événement pour les habitants» et a pris dès mardi soir «les mesures conservatoires qui s’imposaient pour reloger les 4 familles concernées soit à l’hôtel, soit dans leur famille, et sécuriser l’immeuble». Le document précise par ailleurs: «Une radiographie des deux balcons sinistrés va être effectuée dans les plus brefs délais et en parallèle une expertise sera déclenchée afin d’identifier les causes de la chute et préconiser les éventuelles investigations complémentaires à réaliser sur le bâtiment.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le jeudi 6 aout 2015 à 16:52

    made in ...

  • surfer1 le jeudi 6 aout 2015 à 15:25

    Moins de ferraille, moins de ciment plus de sable...On tire les prix, il faut bien payer le fameux modèle social français ! La boite de doliprane gratuite contre le balcon qui s'effondre en somme.

  • fpeucham le jeudi 6 aout 2015 à 09:29

    Pour avoir visité et acheté un appartement sur Bx, j'ai remarqué sur la région une qualité médiocre de certains logements comparativement à la région Toulousaine, je ne suis pas surpris par un accident de ce type, pourtant le prix du neuf est relativement élevé, je plains le constructeur qui aura du mal à faire oublier une malfaçon aussi grave car, dans le bâtiment, ce qui est visible n'est qu'une partie de la problématique...

  • remimar3 le jeudi 6 aout 2015 à 09:09

    Eco ne veut pas dire écolo, ça veut dire construit en économisant sur la qualité. Encore une fois les intermédiaires vendent du rêve à prix d'or ce qui leur permet de se faire de grosses commissions sur votre dos.

  • faites_c le jeudi 6 aout 2015 à 07:52

    Non seulement les constructions BBC valent 2 fois plus cher que les constructions "traditionnelles" mais en plus de cela elles sont réalisées en mode obsolescence programmée : une construction de plus de 3 ans s'effondre toute seule. Personnellement, j'appliquerai la loi récente de l'obsolescence programmée à ce cas de figure!

  • albertm5 le mercredi 5 aout 2015 à 20:23

    mauvaise armature , pas plus compliquer