À 14 ans, ses parents lui confient le chantier de la maison familiale

le
0

EN IMAGES - Un couple d’Américains ne parvenant pas à trouver la maison de ses rêves, a décidé de confier le dossier à son fils. C’est l’adolescent qui a choisi l’architecte, participé à l’élaboration des plans et suivi les travaux.

Choisir sa maison et plus encore assurer le suivi des travaux, voilà des choix épineux dans une vie d’adulte. Janet Wong et Glenn Schroeder, un couple d’Américains à la recherche du nid familial de leurs rêves, ont choisi de régler la question à leur façon. Tout près d’abandonner leur quête infructueuse dans le New Jersey, ils ont finalement confié le dossier à leur fils Andrew, qui a souhaité s’en charger… à 14 ans au moment du lancement du projet.

Comme le rapporte le New York Times, le couple ne parvenait pas à trouver la maison contemporaine de ses rêves. C’est alors que le jeune Andrew, passionné de design, a suggéré qu’il serait peut-être plus simple de se mettre en quête d’un architecte. Malgré des parents sceptiques, c’est donc lui qui s’est chargé de recruter un architecte avant de retenir le cabinet Leven Betts, dont il avait pu admirer les réalisations dans un magazine.

Evolutions radicales

Et le plus surprenant, c’est que le cabinet d’architecture semble aussi avoir apprécié cette expérience. «C’était très drôle et merveilleux pour nous de retrouver avec cette jeune personne comme client», se souvient l’architecte Stella Betts. Il a, certes, fallu faire évoluer radicalement le projet. Le croquis initial, très ambitieux, avec une maison sur pilotis s’élevant au-dessus d’une cour centrale a séduit tout le monde mais dépassait le budget envisagé de plusieurs centaines de milliers d’euros.

La version finale est donc beaucoup plus simple mais répond aux principales demandes de la famille: assurer un maximum de lumières et de vues sur la nature environnante, mettre en valeur le jardin -la passion de madame- et assurer une bonne protection contre les inondations -la crainte de monsieur. Au final, malgré son aspect austère et son budget conséquent (1 million de dollars dont 575.000 dollars pour le terrain), cette maison fait aujourd’hui la joie de ses occupants. Mais le chef de chantier qui a bien grandi a aujourd’hui quitté les lieux pour étudier, non pas l’architecture mais la physique et l’ingénierie.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant