1997-2017 : 20 ans de luttes intestines à gauche

le , mis à jour le
0
Une grande partie du gouvernement Jospin et François Hollande en mars 2002 lors de la campagne présidentielle. Lionel Jospin sera battu.
Une grande partie du gouvernement Jospin et François Hollande en mars 2002 lors de la campagne présidentielle. Lionel Jospin sera battu.

Il y a souvent dans les belles victoires les prémices des grandes défaites. Des signes annonciateurs. Mais l'ivresse du succès empêche de les voir. En 1997, la gauche est de retour au pouvoir. Deux ans après les adieux de François Mitterrand, la gauche plurielle prend la tête de la France. Sans savoir que cinq ans plus tard, Lionel Jospin sera éliminé de la présidentielle. Ignorant que le PS mettra quinze ans à prendre l'Élysée. Ne se doutant pas que le parti sera au bord de l'implosion vingt ans plus tard, miné par les divisions idéologiques et le périlleux exercice du pouvoir. Ce dimanche à 22 h 45, après un documentaire consacré à Dominique Strauss-Kahn (voir encadré ci-dessous), Laurent Delahousse s'intéresse aux enfants terribles de François Mitterrand. À François Hollande, Martine Aubry, Manuel Valls, Ségolène Royal, DSK, Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et même... Emmanuel Macron. Le récit du journaliste est précis, captivant et éclairant, à l'aube du vrai départ de la primaire avec, cette semaine, deux débats télévisés déjà cruciaux.

La haine de Mélenchon et Hollande ? Elle date de 1997, après les législatives. Au congrès de Brest, le parti est promis à François Hollande. Les deux se mettent d'accord avant le vote sur une répartition des suffrages. Comme au temps de Pasqua au RPR. 85 % pour le nouveau premier secrétaire,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant