Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une poignée de main moléculaire pour mieux comprendre le diabète

AFP Video10/01/2013 à 17:14

Des chercheurs sont parvenus à décrypter le mécanisme de fixation de l'insuline sur son récepteur cellulaire, comparable à une "poignée de main moléculaire", avancée potentiellement capitale pour des millions de diabétiques dans le monde.Ces travaux publiés ce jeudi dans la revue Nature permettent de mieux comprendre le fonctionnement de l'insuline, homorne chargée de prélever le sucre contenu dans le sang pour le transformer en énergie.En modélisant l'hormone fixée sur son récepteur (une protéine) grâce à un accélérateur de particules, "nous avons montré que l'insuline et son récepteur se modifient en interagissant", a souligné Mike Lawrence, professeur associé au Walter and Eliza Hall Institute de Melbourne."Un morceau d'insuline se déplie et des parties essentielles du récepteur vont à la rencontre de l'hormone d'insuline. On peut appeler ça une +poignée de main moléculaire+", a-t-il expliqué.Son laboratoire est à l'origine de cette découverte, en association avec la Case Western Reserve University de Cleveland (Ohio), l'université de Chicago, l'université de York (Grande-Bretagne) et l'Institut de chimie organique et de biochimie de Prague."Nous pouvons maintenant utiliser ces connaissances pour mettre au point de nouveaux traitements par insuline, plus performants", a ajouté M. Lawrence.Des millions de malades peuvent par exemple espérer une formidable amélioration de leur qualité de vie avec la fin des injections quotidiennes.Espoir également dans les pays émergents avec la production d'une insuline plus stable résistant à des températures élevées sans réfrigération, ainsi que pour les malades d'Alzheimer et de certains cancers associés à la résistance à l'insuline.Les cellules bêta du pancréas, qui permettent de réguler le taux de sucre dans l'organisme, sont défectueuses dans le diabète.La destruction des cellules bêta productrices d'insuline conduit au diabète de type 1 tandis que la perturbation de leur fonctionnement entraîne la forme la plus courante de la maladie, le diabète de type 2 (DT2).Le DT2 touche plus de 300 millions de personnes dans le monde, dont plus de 32 millions en Europe et 3 millions en France. Un chiffre qui devrait doubler dans les prochaines années du fait de l'épidémie d'obésité et des modes de vie sédentaire accompagnés d'une alimentation trop riche en graisses et en glucides.Certains facteurs génétiques peuvent également favoriser son apparition."Nous n'avons toujours pas de traitement pour le diabète mais les découvertes comme celle sur la fixation de l'insuline nous donnent l'espoir de nous en approcher", a déclaré Nicola Stokes, du Conseil australien du diabète.Le diabète est une maladie silencieuse : quand les signes apparaissent (soif, fréquente envie d'uriner, taux de sucre sanguin très élevé), la maladie évolue depuis de nombreuses années. Pendant cette période, la détérioration des organes a débuté.Souvent associé à l'hypertension et à du cholestérol, il expose à un risque accru d'infarctus cardiaque et d'attaque cérébrale. C'est également une cause de mise sous dialyse, d'amputations et de cécité.La France devrait connaître une poussée de 26% du nombre de diabétiques d'ici à 2020.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.