1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une petite fille dans un magasin de jouets

AFP Video27/10/2012 à 17:59

A deux mois de Noël, les professionnels du jouet affichent leur confiance, anticipant, malgré une consommation en berne, un marché stable voire en légère progression, du fait de la volonté des Français de préserver pour leurs enfants la magie des Fêtes."Depuis quelques années, le marché du jouet fait figure d'exception assez notoire: alors que les consommateurs réduisent leurs dépenses dans tous les domaines, il continue de sur-performer malgré la crise", déclare Sophie Desmazières, commissaire général du salon Kidexpo, qui s'est ouvert samedi à Paris et lance la saison des cadeaux de Noël.Les années 2010 et 2011 avaient même connu des croissances record avec des hausses de 3% et 6%.En 2011, 243,3 millions de jouets ont été achetés en France, pour une valeur de 3,23 milliards d'euros, selon des chiffres de la Fédération française des industries du jouet et de la puériculture (FJP).Pour 2012, le marché devrait continuer de se maintenir, même si l'euphorie devrait un peu retomber, estiment les professionnels.Alors que le début d'année a été marqué par un recul de 2,2% des ventes, en partie à cause d'une mauvaise météo, "le secteur affiche sa confiance, anticipant un marché stable voire en légère progression, dopé par les achats de Noël", explique Mme Desmazières.Les achats de fin d'année représentent près de 60% du chiffre d'affaires annuel du secteur, selon la FJP."Toutefois, les professionnels sont bien conscients qu'ils ne parviendront sans doute pas à renouveler les mêmes performances que l'an dernier, du fait de la contraction plus forte du pouvoir d'achat des ménages", ajoute aussitôt la commissaire."Le secteur du jouet retrouve en réalité un niveau normal", estime Frédérique Tutt, spécialiste du jouet chez le spécialiste des études de marché NPD Group, rappelant que l'année 2011 avait été "exceptionnelle" car alimentée par "les succès spectaculaires de Cars et (des toupies) Beyblade (...) qui ne se sont pas reproduits en 2012".Malgré cela, le jouet "est encore en progression de 4% par rapport à 2010", fait-elle valoir."Avec la crise économique, les Français coupent leurs grosses dépenses: ils renoncent à changer de voiture, à refaire la cuisine, voire même à partir en vacances, mais Noël, en raison de sa dimension festive et de son association aux enfants, reste encore préservé", analyse Sophie Desmazières.Ainsi, si les consommateurs restreignent leurs achats d'impulsion de cadeaux tout au long de l'année, les achats de jouets effectués pour une occasion spéciale, comme Noël, progressent-ils en moyenne de 2%, selon NPD Group."Nos données indiquent que les parents devraient maintenir leur budget consacré aux jouets de Noël", déclare Frédérique Tutt.Pour Mme Desmazières, l'explication est simple: Noël reste un moment à part, que l'on souhaite préserver. "Les consommateurs se concentrent sur l'essentiel: la famille et les enfants, qui constituent en période d'incertitude économique des valeurs refuges"."Nous vivons dans des sociétés où l'enfant a, quelque part, remplacé la religion et fait l'objet d'un surinvestissement. Et c'est d'autant plus vrai en période de crise", analyse-t-elle.Par ailleurs, la bonne santé du secteur du jouet en France reste également soutenue par la forte natalité française.Enfin, la confiance des professionnels est alimentée par le fait que Noël 2012 sera le théâtre de lancement de beaucoup d'innovations (plus de 40% des produits seront des nouveautés)."Cela n'est pas forcement le cas tous les ans, et cela ne devrait pas manquer de doper les ventes", assure Mme Desmazières.Les tablettes pour enfants, apparues en 2011 mais qui devraient "connaître un boom en 2012", les jeux hybrides (moitié traditionnels, moitié connectés) ou encore le retour en force des grandes marques - notamment dans le secteur des jeux de construction (Lego, Duplo) dont les ventes progressent déjà de 18% - devraient, selon les professionnels, proliférer sous les sapins et nourrir la croissance du marché du jouet cette année encore.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.