Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un tensiomètre et un stéthoscope dans un cabinet médical

AFP Video02/10/2012 à 03:38

Taxes accrues sur la bière, prélèvements pour les retraités imposables, hausse du tabac: trois jours après les mesures fiscales du budget de l'Etat, le gouvernement a présenté lundi l'addition pour le budget de la Sécurité sociale, dont le déficit doit baisser en 2013 à 11,4 milliards."C'est un budget de combat parce qu'il faut équilibrer les comptes et en finir avec les déficits, ce qui suppose un effort. C'est donc un combat du pays tout entier pour éviter de laisser aux générations futures une dette qui constituerait un véritable impôt à la naissance dont nous ne voulons plus", a déclaré le ministre du Budget Jérôme Cahuzac en présentant le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) à la presse en compagnie de la ministre de la Santé Marisol Touraine.Auparavant les ministres avaient assisté à la réunion de la commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) qui a annoncé un déficit pour 2012 meilleur que prévu (13,1 milliards d'euros contre 14,7 milliards en juillet).Pour 2013, la branche maladie reste la plus déficitaire à 5,1 milliards d'euros (5,5 milliards en 2012), selon le PLFSS qui prévoit 2,4 milliards d'économies sur les dépenses de santé en 2013, avec une progression de ces dépenses (Ondam, Objectif national des dépenses d'assurance maladie) fixée à +2,7%, soit 175,4 milliards d'euros.Pour le reste, la branche retraite devrait être en déficit de 4 milliards d'euros (5,2 milliards en 2012), la branche famille de 2,6 milliards (2,5 en 2012) et la branche accidents du travail excédentaire de 0,3 milliard (-0,1 en 2012).Hors régime général, le déficit du Fonds de solidarité vieillesse (FSV), qui finance le minimum vieillesse et les cotisations retraite des chômeurs, serait ramené à 2,6 milliards d'euros en 2013 (4,1 milliards en 2012)."Le niveau de remboursement des dépenses de santé sera préservé", a assuré Mme Touraine, affirmant qu'il s'agissait d'un "budget de justice". De nouvelles recettesCôté dépenses, l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) sera désormais remboursée à 100% et son tarif "revalorisé" pour le rendre plus attractif aux praticiens, a dit Mme Touraine évoquant "une mesure significative pour le droit des femmes".Les exploitants agricoles vont bénéficier d'indemnités journalières en cas d'arrêt maladie, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.Les mesures d'économies porteront notamment sur l'hôpital (650 millions d'euros), grâce au développement de la chirurgie ambulatoire (sans hébergement à l'hôpital). Les baisses des prix de médicaments et les efforts sur la consommation de génériques vont se poursuivre (1 milliard), de même que la maîtrise des prescriptions médicales.Le PLFSS prévoit par ailleurs 4,6 milliards de recettes, tous régimes confondus.Les retraités imposables seront mis à contribution : leurs pensions seront soumises à un nouveau prélèvement de 0,15% en 2013 (350 millions) pour renflouer les comptes, puis de 0,3% en 2014 (700 millions) pour financer la dépendance des personnes âgées.Autre recette attendue: la hausse des taxes sur le tabac au 1er juillet, qui devrait aboutir à une hausse des prix répercutée par les fabricants, a admis M. Cahuzac.Le niveau de fiscalité sur les bières va également être relevé (480 millions d'euros) et "correspondra à une hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière", a précisé le gouvernement.Les cotisations de certains travailleurs indépendants vont aussi être augmentées.Enfin, les 2 millions d'employeurs à domicile devront désormais cotiser sur le salaire réel versé à leurs employés pour améliorer leur niveau de protection sociale.Les entrepreneurs individuels, artisans ou auto-entrepreneurs, ont vivement protesté contre les mesures prévues dans le projet de loi de finances pour 2013 et dans le projet de budget de la Sécurité sociale, chacun y voyant une menace pour sa profession.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.