Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un kakapo vert, le 20 juin 2012 en Nouvelle-Zélande

AFP Video29/06/2012 à 11:26

Incapable de voler, lent à se déplacer, préférant parfois la compagnie des hommes à celles de ses congénères femelles, le kakapo, un grand perroquet de Nouvelle-Zélande, était sur le point de disparaître. Mais des années d'efforts vont peut-être sauver l'espèce.En 1990, on ne comptait plus qu'une cinquantaine de spécimens de cet oiseau au plumage vert piqué de tâches noires, un des plus rares de la planète. Aujourd'hui, ils sont 126.Le kakapo --"perroquet de nuit" en maori-- était un des oiseaux les plus répandus en Nouvelle-Zélande, jusqu'à la colonisation européenne au début du XIXe siècle et l'arrivée de prédateurs, chiens, chats et hermines."Un des premiers explorateurs, Charles Douglas, raconte que les kakapos étaient si nombreux qu'on pouvait les faire tomber des arbres, comme les pommes d'un pommier", déclare Deirdre Vercoe Scott, qui dirige le Département du programme de sauvegarde du perroquet.Cet oiseau nocturne, qui vit sur le sol, est un bon grimpeur. Mais face à une menace, il s'immobilise et devient donc une proie aisée. Et pour séduire les femelles la nuit dans la forêt, les mâles lancent des cris retentissants, émis du thorax, qui attirent tout autant les prédateurs que les amantes potentielles.Aussi, lors des années 1990, l'avenir de l'espèce paraissait sombre, compte tenu du vieillissement et de la baisse de la population, se souvient Ron Moorehouse, scientifique qui travaille sur ce programme.Les autorités ont alors décidé de débloquer des fonds (plusieurs millions d'euros) pour sauver cet oiseau, décrit par les scientifiques comme attachant et plein de malice."Ils font preuve de tellement de personnalité, ce qu'on n'attend pas forcément des oiseaux. Ils restent assis et vous regardent et vous vous demandez +à quoi pensent-ils'+", déclare Sarah Kivi, garde-forestier sur ce programme. "Ils peuvent aussi bouder", s'amuse-t-elle.Autre danger pour la sauvegarde de l'espèce: sa reproduction est irrégulière. Les oiseaux, qui peuvent vivre jusqu'à 90 ans, s'accouplent uniquement lorsque les fruits sont abondants sur des arbres endémiques à la Nouvelle-Zélande.Enfin, les scientifiques se sont aperçus que les mâles avaient une fâcheuse tendance à s'attacher de très près à leurs soigneurs et à parfois confondre leur crâne avec une femelle kakapo.L'acteur britannique Stephen Fry, qui a filmé un documentaire sur ces oiseaux en 2009 ("Dernière chance de les voir"), a capturé les images d'un kakapo, Sirocco, tombé sous le charme d'un zoologue, Mark Carwardine.Les images de la tentative d'ébats amoureux du perroquet avec la tête du scientifique, postées sur YouTube (http://www.youtube.com/watch'v=9T1vfsHYiKY) ont fait les délices de plus de quatre millions d'internautes.Le sort de l'espèce a commencé à s'améliorer quand les oiseaux ont été introduits sur deux îles exemptes de prédateurs et trop lointaines pour être jointes à la nage, explique Deirdre Vercoe Scott."Une grande avancée a été de placer tous ces oiseaux ensemble sur des îles exemptes de prédateurs et de comprendre comment ils se reproduisaient, tout en dépassant notre peur d'intervenir", déclare-t-elle."Si nous avions décidé de ne pas intervenir, nous aurions perdu le kakapo. On devait vraiment être sur place et être actifs, notamment pendant la nidification".L'équipe a installé des caméras, pèse les petits toutes les nuits et très souvent les nourrit à la main.Deirdre Vercoe Scott estime peu probable qu'il existe encore des kakapos à l'état sauvage. La survie de l'espèce dépend de ce seul programme de sauvegarde, selon elle.Et le succès de cette action a permis de réintroduire huit spécimens sur une troisième île, Little Barrier, au large d'Auckland, après en avoir éliminé tous les rats qui avaient obligé les scientifiques à en retirer les oiseaux en 1999.Certains de ces huit volatiles venaient de cette île et ils ont tout de suite retrouvé les lieux de nification, laissant espérer une prochaine reproduction, raconte Ron Moorehouse.L'espèce est toujours menacée mais la situation n'est plus désespérée, souligne le scientifique."Nous sommes plus détendus. Mais avec 126 specimens, il faut faire très attention au pool des gènes, et c'est ce que nous essayons de faire, afin de préserver le plus possible une diversité génétique", précise-t-il.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.