Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Syrie: Assad sûr de sa victoire, appel à une enquête sur les crimes de guerre

AFP Video18/02/2013 à 17:47

Le président syrien Bachar al-Assad s'est dit certain de la victoire de ses troupes contre les rebelles, au moment où Carla del Ponte, membre de la commission d'enquête indépendante de l'ONU, a demandé que la justice internationale soit saisie pour les crimes de guerre commis.

Sur le terrain, la bataille fait rage près des aéroports d'Alep dans le nord du pays, les rebelles s'emparant lundi d'un barrage militaire sur la route menant à l'aéroport international, selon une ONG syrienne, et les loyalistes bombardant les zones insurgées dans le secteur.

Se montrant tout aussi inflexible qu'au début de la révolte, le président Assad a affirmé avoir la "certitude" de pouvoir gagner la guerre, des propos tenus devant des hommes politiques libanais et repris lundi par un quotidien pro-syrien à Beyrouth.

"Nous sommes convaincus que l'avenir nous appartient (...). La Syrie a la volonté de vaincre le complot", a déclaré M. Assad selon le journal as-Safir.

"Nous avons la certitude de gagner", a-t-il dit soulignant les "exploits politiques et militaires" du régime. "Cela ne veut pas dire que tout est réglé, nous avons encore beaucoup à faire en politique et dans le combat contre les groupes terroristes extrémistes", a-t-il ajouté.

Le régime de Bachar al-Assad assimile les rebelles à des terroristes et les accuse d'être financés et soutenus par l'étranger, en particulier par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie. En 23 mois, le conflit a fait 70.000 morts selon l'ONU.

Le président syrien a également affirmé que les "fidèles" à son régime "représentaient la majorité absolue des Syriens", soutenant que le corps diplomatique syrien était resté "inébranlable" pendant deux ans, malgré "les millions de dollars" offerts aux ambassadeurs et aux consuls. Quatre hauts diplomates, dont deux ambassadeurs, avaient fait défection en 2012, ainsi que de nombreuses personnalités politiques et militaire, dont un ex-Premier ministre.

Del Ponte en appelle au CPI

Devant l'horreur des violences qui ont fauché la vie à 70.000 personnes et poussé à l'exode des centaines de milliers de réfugiés, Mme del Ponte, a affirmé à Genève qu'il était temps de "mettre en route la justice" internationale à propos des crimes de guerre.

"Nous suggérons la Cour pénale internationale", a-t-elle dit en présentant un nouveau rapport de la commission qui dénonce l'escalade des crimes de guerre commis aussi bien par le régime que les rebelles.

Selon elle, "il est incroyable que le Conseil de sécurité de l'ONU n'ait pris aucune décision" depuis deux ans.

L'ex-procureur a rappelé que la commission avait dressé une liste, gardée secrète, des responsables de crimes de guerre en Syrie.

Selon le nouveau rapport de la Commission d'enquête, créée en 2011 et qui n'a jamais pu se rendre en Syrie, le conflit syrien "réduit également à néant toute la structure sociale complexe du pays" et "met en danger les générations futures et menace la paix et la sécurité dans toute la région".

Le rapport condamne les deux protagonistes pour les crimes de guerre, tout en soulignant que le camp gouvernemental reste le principal responsable de ces atrocités.

"Les deux parties du conflit ont violé les règles internationales de droits des enfants en les utilisant comme des fantassins", poursuit-il.

Lundi, les rebelles se sont emparés d'un barrage militaire sur la route de l'aéroport international d'Alep, dans le cadre de la "grande bataille des aéroports" dans la zone, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un réseau de militants et de médecins à travers le pays.

L'armée syrienne a affirmé de son côté qu'elle se préparait à "nettoyer" dans les prochaines 48 heures la zone tenue par les insurgés, tandis que des combats se poursuivaient dans le secteur.

Le 12 février, les rebelles ont lancé "la bataille des aéroports" dans la région d'Alep, pour tenter de neutraliser le principal atout du régime, sa puissance de feu aérienne.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.