Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Somalie: les shebab annoncent la mort d'un Français, Paris confirme implicitement

AFP Video14/01/2013 à 16:00

Les insurgés islamistes shebab ont annoncé lundi la mort d'un soldat français blessé lors de l'opération commando qui n'a pas réussi à libérer un otage français détenu en Somalie depuis plus de trois ans.

"Le soldat français qui faisait partie de l'invasion française de la Somalie est mort de ses blessures," a déclaré par téléphone à l'AFP un porte-parole militaire des shebab, Abdulaziz Abu Musab, "notre équipe médicale a tenté de l'aider, mais il n'a pas eu de chance. Sa blessure était grave".

"Le Haut-Commandement des shebab décidera lors d'une prochaine étape" de restituer ou non son corps, a-t-il ajouté.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a implicitement confirmé lundi la mort de ce soldat d'abord présenté par Paris comme tué dans l'opération avant d'être considéré comme "porté disparu".

Il a également dit craindre, de la part des insurgés somaliens, une "mise en scène macabre" de son corps et de celui de l'otage, Denis Allex - probablement un pseudonyme -, un agent des services français de renseignement extérieur (DGSE) enlevé le 14 juillet 2009 à Mogadiscio et présumé mort depuis l'opération qui n'a pu l'arracher à ses geôliers.

Les shebab affirment eux, sans en avoir pour l'heure fourni la preuve, que l'otage est toujours vivant et ont dit vouloir le juger d'ici lundi soir.

M. Le Drian a de son côté déclaré lundi que "tout (...) laisse à penser que l'otage a été assassiné et que l'autre soldat a été tué", sans préciser les circonstances de leur décès.

"Tout nous laisse à penser malheureusement aussi que les shebab se préparent à organiser une mise en scène macabre et indigne" avec leurs corps, a ajouté le ministre.

Une source proche du dossier a indiqué à l'AFP que le militaire avait été tué durant le raid, mené dans la nuit de vendredi à samedi à Bulomarer, localité sous contrôle des islamistes au sud de Mogadiscio, et que son corps était resté sur place. Un autre soldat français a été tué mais son corps avait pu être récupéré.

Selon cette même source, l'otage Denis Allex a été tué dans la maison il était détenu.

L'opération commando menée par le Service Action (SA) de la DGSE s'est soldée par un échec et a fait, selon le ministère français de la Défense, 20 morts: l'otage, les deux soldats français et 17 "terroristes".

Selon des témoins à Bulomarer, huit civils somaliens ont péri durant le raid, certains abattus par des commandos français.

Les militaires français ont fait face à une résistance "plus forte que prévu" de la part des islamistes, avait expliqué M. Le Drian. Selon une source dans les milieux du renseignement français, au moins cinq hélicoptères ont débarqué au milieu de la nuit une cinquantaine de militaires à trois kilomètres de Bulomarer, où était localisé l'otage.

Leur atterrissage a été repéré par des habitants et les shebab ont été rapidement informés, selon des témoins.

Depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio par une force de l'Union africaine (UA), en août 2011, les shebab ont essuyé une série ininterrompue de revers militaires, face à une coalition d'armées régionales mieux équipées, qui les a privés de la totalité de leurs bastions.

Ils contrôlent néanmoins encore de larges zones rurales du sud et du centre de la Somalie, pays pauvre de la Corne de l'Afrique privé de réelle autorité centrale depuis 1991 et qui a sombré dans le chaos et la guerre civile.

La captivité de Denis Allex est la plus longue d'un otage français à l'étranger, derrière celle de la franco-colombienne Ingrid Betancourt, qui a été détenue plus de six ans par les guérilleros colombiens.

Le 4 octobre dernier, Denis Allex était apparu, pâle et les yeux cernés, dans une vidéo où il avait lancé un "message au secours" au président français François Hollande, qu'il pressait d'oeuvrer à sa libération.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.