Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ross Harper (D) et Ed Moyse, deux jeunes britanniques qui louent leurs visages aux publicitaires pour payer leurs dettes, psoent à Londres, le 23 mars 2012

AFP Video29/03/2012 à 11:51

Avec leurs jeans et leurs baskets, Ross Harper et Ed Moyse ressembleraient à n'importe quels jeunes Britanniques de 22 ans sans ces mots qui barrent leur figure: "Visage à vendre".Sur le trottoir d'Oxford Circus, haut lieu du shopping à Londres, leur présence ne passe pas inaperçue: les hordes de passants jettent des coups d'oeil étonnés à ces deux diplômés de la prestigieuse université de Cambridge."C'est combien'", lancent des touristes espagnols. "Cent livres" (120 euros), répond Ross Harper, ex-étudiant en neurosciences. Le prix de la location pour une journée de leurs deux visages transformés en espaces publicitaires."Cent livres!", s'esclaffe le groupe.Ceux-là ne seront visiblement pas clients, mais d'autres sont sur les rangs pour louer les services de ces panneaux d'affichage d'un nouveau genre.Harper et Moyse ont déjà réussi à empocher plus de 30.000 livres (35.000 euros) depuis qu'ils ont monté en octobre leur petite entreprise "Visage à vendre" ("Buy my face") pour parvenir à payer leurs emprunts d'étudiants. Et le duo entend même se lancer à l'international en mai."Nous avons eu des manifestations d'intérêt à Hong Kong, aux Etats-Unis et dans toute l'Europe", explique Ross Harper.Leur histoire a des allures de success story dans un pays qui compte 22% de chômeurs chez les jeunes et où même les diplômés des établissements les plus renommés ont du mal à trouver un emploi."Nous avions des projets professionnels, mais nous nous sommes dits: le marché du travail est vraiment difficile en ce moment, pourquoi ne pas nous lancer dans quelque chose de créatif pendant un an'", raconte Ed Moyse, fort de sa formation d'économiste.Les deux amis, qui ont chacun dû emprunter 25.000 livres pour financer leurs études, ont eu l'idée l'an dernier de lancer "Buy My Face" en phosphorant autour d'un plat de nouilles sur des projets peu onéreux.Bouche à oreille"Nous avons déjà 50.000 livres de dettes, nous ne voulions pas beaucoup investir", relève Moyse. Cent livres ont suffi, de quoi acheter de la peinture pour peindre leur visage aux couleurs de leurs clients.Depuis le 1er octobre, ils sont parvenus à "vendre" leur visage tous les jours, à des petites entreprises comme à des grandes, tel Ernst & Young."Le tout premier jour, nous les avons mis en vente à une livre, pas vraiment un salaire royal pour des diplômés", se souvient Moyse.Mais grâce au bouche à oreille, leur site reçoit désormais quelque 7.000 visites par jour et ils ont pu augmenter leurs tarifs.Ils arrivent à louer leur visage jusqu'à 400 livres par jour à certains annonceurs pour lesquels ils réalisent des acrobaties susceptibles de faire parler d'eux, saut en parachute ou plongeon dans des rivières glacées."Notre but, c'est d'avoir de bonnes photos et des vidéos amusantes sur notre site qui puissent être vues chaque jour par des milliers de personnes", souligne Moyse.Dans un monde où les campagne de pub en ligne font tache d'huile à toute vitesse via les sites sociaux, "humour et créativité sont des choses cruciales," souligne Patrick Barwise, professeur à la London Business School.Mais si Harper et Moyse sont "très entreprenants, je serais surpris que leur projet soit durable. Le marketing est quelque chose d'éphémère"."C'est du gadget", reconnaît Harper. Les deux compères veulent d'ailleurs se lancer dans un autre projet à la rentrée, avec cette fois une vraie mise de fonds.Mais leur succès mettra sans doute du baume au coeur des étudiants qui font face à un triplement des frais d'inscription."Ceux qui commencent leurs études auront trois fois plus de dettes que nous à la fin de leur cursus", relève Moyse. "J'espère que notre histoire les inspirera".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.