Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Publication de patrimoine: Ayrault confronté à de premières réserves

AFP Video11/04/2013 à 17:33

Jean-Marc Ayrault consulte jeudi à Matignon les présidents de chambres et de groupes parlementaires au moment où s'expriment, jusque dans la majorité, de vives réserves sur certaines pistes de moralisation de la vie politique.

Alors que l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac est pour la première fois sorti de son silence depuis ses aveux, pour dire qu'il réfléchissait toujours à récupérer son siège de député et "déménage tous les deux jours pour fuir la pression", les conséquences de son affaire continuent d'agiter la vie politique.

Parmi les mesures dévoilées mercredi par François Hollande, c'est l'obligation faite aux ministres et élus de rendre public leur patrimoine qui recueille le plus de critiques, y compris au Parti socialiste.

Le président (PS) de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a ainsi jugé que cette publication du patrimoine n'était "pas forcément la bonne solution pour permettre un lien de confiance entre les élus et la population".

L'élu de Seine-Saint-Denis n'est pas opposé au contrôle du patrimoine par une Haute autorité, annoncée mercredi par le président de la République. Mais la publication de ces patrimoines ne l'emballe pas. "Déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence, rendre public, c'est du voyeurisme", a mis en garde M. Bartolone dans Le Figaro.

A l'occasion du travail parlementaire, "j'espère que (...) nous serons en mesure de faire des propositions qui permettent de faire concilier à la fois la transparence sans pour autant tomber dans le voyeurisme", a-t-il précisé à la presse à l'issue de sa rencontre avec M. Ayrault.

Ces réserves sont entendues à l'Elysée, où l'on se montre compréhensif: Claude Bartolone "s'est fait le porte-parole des parlementaires", souligne-t-on dans l'entourage du président. "Au niveau de leurs électeurs, à la limite, ils peuvent s'arranger mais ça coince au niveau de leur vie privée puisque ça concerne aussi leurs enfants et leur conjoint", ajoute-t-on de même source.

Et le point de vue du patron de l'Assemblée est partagé à droite, notamment par l'ex-ministre UMP Luc Chatel qui s'est inquiété jeudi matin que le chef de l'Etat jette "l'opprobre" sur la classe politique pour masquer le fait qu'il y avait un "voyou" au PS.

La veille, c'est le président du même mouvement, Jean-François Copé, qui avait affirmé à Laval que cette obligation s'apparentait à du "voyeurisme". Il s'est opposé à ce qu'on "expose un élu, un député, un maire, à la vindicte". "A-t-on pensé à ce que sera la vie des enfants de ces élus, a-t-on pensé à leurs conjoints'", a fait valoir M. Copé, qui n'a pas publié son patrimoine, contrairement à ses rivaux François Fillon et Laurent Wauquiez.

S'il a salué une "démarche de travail assez consensuelle" et n'est pas opposé à la publication des patrimoines des ministres et élus, le président du groupe UDI, Jean-Louis Borloo, souhaite que les "familles" ne soient pas concernées. "Moi, j'ai choisi ce métier, c'est une autre histoire", a expliqué M. Borloo après son entrevue avec le Premier ministre. Il a cependant admis que d'éventuels conflits d'intérêts avec des proches devraient être signalés à la future haute-autorité, sans forcément que cela soit rendu public.

La publication du patrimoine est acceptée par d'autres personnalités politiques, à l'instar du président PS du Sénat, Jean-Pierre Bel, premier à être reçu par le chef du gouvernement. Celui-ci a assuré jeudi ne pas avoir "de réticence particulière" à ce sujet.

M. Bel a par ailleurs fait une proposition à propos de la future interdiction de cumuler un mandat parlementaire avec certaines professions.

"Il faut aller assez loin de sorte que l'activité parlementaire soit celle qui soit préservée", a expliqué l'élu de l'Ariège à Matignon. "Pour ceux dont la profession serait compatible avec le mandat parlementaire, je demande qu'on puisse aller jusqu'à plafonner les revenus émanant de cette activité", a indiqué M. Bel.

Ces consultations menées par le chef du gouvernement s'étalent jeudi sur toute la journée. M. Ayrault fera ensuite une déclaration en toute fin de journée.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.