Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nicolas Sarkozy lors d'un déplacement à Tous le 23 avril 2012

AFP Video24/04/2012 à 00:26

L'annonce par Nicolas Sarkozy d'un "très grand rassemblement" autour du "vrai travail" le 1er mai, jour de la traditionnelle fête syndicale, a suscité un tollé à gauche, le PS s'en prenant à son bilan sur le chômage quand d'autres l'accusent de vouloir ratisser les terres du FN. "Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille", a déclaré M. Sarkozy à la presse. Un rassemblement qui doit avoir lieu sur le Champ-de-Mars.Depuis le début de sa campagne, le président-candidat qui a dénoncé les "corps intermédiaires" et s'est posé en défenseur de la "valeur travail" par opposition à "l'assistanat", s'en est pris à plusieurs reprises à la CGT et à la CFDT, qu'il a accusées de "faire de la politique" plutôt que de "défendre les intérêts des salariés".La CFDT a jugé "inquiétante" la tentative de "responsables politiques" de "s'autoproclamer uniques représentants des travailleurs" et de vouloir "détourner l'objet" du 1er mai alors que l'intersyndicale (CFDT, CGT, Unsa, Solidaires et FSU) a appelé à des mobilisations unitaires pour "faire entendre les priorités sociales", notamment l'emploi.En déplacement à Quimper, François Hollande a souligné qu'il n'entendait pas faire du 1er mai "une fête des uns contre les autres". Ce à quoi M. Sarkozy a rétorqué depuis Saint-Cyr-sur-Loire qu'il avait lui aussi "le droit de parler du travail" : "je ne savais pas que le 1er mai avait été privatisé par le Parti socialiste", a-t-il ironisé.L'équipe du candidat socialiste, favori des sondages, a enchaîné. Bernard Cazeneuve, son porte-parole, a estimé que plutôt que de "diviser les Français avec sa "fête du vrai travail", M. Sarkozy serait "tout à fait fondé à organiser la fête du vrai chômage, compte tenu de son bilan"."C'est vraiment une honte d'utiliser le 1er mai", a réagi la numéro un du PS, Martine Aubry, soulignant que M. Sarkozy avait "augmenté d'un million" le nombre de chômeurs sur son quinquennat, alors, a-t-elle dit, "à sa place je ferais profil bas".Quatrième homme de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon (11,1%), a parlé d'"une radicalisation du combat" par Nicolas Sarkozy, voyant dans les manifestations unitaires "le meilleur anti-poison dont on dispose"."Jusqu'à présent, il n'y avait que les fachos qui faisaient ça le 1er mai et nous, on faisait le cortège, quand il y en a, avec les syndicats", a fait valoir le candidat du Front de gauche, s'en prenant en même temps à Marine Le Pen dont le FN organise depuis les années 80 un hommage à Jeanne d'Arc ce jour-là.Alors que M. Mélenchon a déjà plusieurs fois appelé à se ranger derrière les syndicats pour un "1er mai stupéfiant d'unité et de puissance", son conseiller Eric Coquerel a jugé que M. Sarkozy voulait "déclarer la guerre aux travailleurs" qu'il "méprise", dénonçant "un clin d'oeil supplémentaire au FN".Du côté des écologistes, le sénateur Jean-Vincent Placé (EELV), soutien d'Eva Joly (2,3%), a aussi dénoncé une "provocation préméditée" d'un président sortant qui veut "courir derrière les voix" du Front national avec des "discours les plus poujadistes possibles contre les forces syndicales du pays".Quant au NPA, il a souligné que Nicolas Sarkozy prenait "les accents de Pétain" pour "gagner les voix" de Marine Le Pen, le parti de Philippe Poutou (1,15%) appelant à faire de ce jour-là "un raz-de-marée antiraciste et antifasciste contre la droite".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.