Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La présidente du Medef Laurence Parisot présente les propositions du patronat, le 14 février 2012 à Paris

AFP Video14/02/2012 à 18:22

La présidente du Medef Laurence Parisot a présenté mardi les propositions du patronat dans la perspective de l'élection présidentielle, articulées autour d'une vingtaine de points, dont un déficit public nul en 2015, mais avec une priorité: le fédéralisme européen.En amont de l'élection de 2007, le Medef avait présenté un programme de campagne qui était alors baptisé "Besoin d'air", car "les entreprises avaient besoin de respirer", a expliqué Mme Parisot.Mais le programme 2012 a été baptisé "Besoin d'aire" : "les entreprises ont cette fois-ci besoin d'aire, avec un +e+", a expliqué Mme Parisot au cours d'une réunion exceptionnelle de l'assemblée permanente du Medef. "Elles ont besoin de nouveaux horizons, de nouvelles frontières, besoin de conquérir", a-t-elle ajouté.La "top priorité", c'est l'Europe et "il faut oser le fédéralisme", a-t-elle poursuivi. Mais pour cela, plusieurs étapes sont nécessaires, dont la remise en ordre des finances publiques, la création d'un socle social européen commun ou encore l'élection au suffrage universel d'un président de l'Europe.Pour la France, le scénario du Medef table sur un déficit public nul en 2015, et un budget excédentaire dès 2016, en privilégiant une réduction des dépenses respectant le credo "2 pour 1", c'est à dire deux fois plus d'économies sur les dépenses publiques que de hausses des prélèvements fiscaux et sociaux.Cela passe également par une accélération de la règle de non-remplacement des fonctionnaires d'Etat --de 1 sur 2 actuellement à 2 sur trois-- et à l'instauration d'une régle similaire au niveau des collectivités territoriales (1 sur 2 non remplacé).Pour renforcer la compétitivité des entreprises françaises, l'organisation souhaite l'élaboration d'un nouveau pacte fiscal et social, appuyé sur une "double hélice" : baisse des cotisations salariés compensée par une hausse de la CSG, et baisse des cotisations employeurs accompagnée d'une hausse de la TVA.Surtout, le Medef estime que dès 2013 "il faudra de nouveau se poser la question de l'âge légal de la retraite", jugeant notamment que la réforme à 62 ans ne sera pas suffisante "pour garantir l'équilibre du régime".Mais la réforme "sans doute la plus importante" à ses yeux est celle de l'assurance maladie, qui est dans un "équilibre périlleux", à cause en particulier de la gouvernance du système qu'il faut revoir, pour remédier "à la situation permanente de conflits d'intérêts" au niveau des pouvoirs publics.Autre fléau: le chômage. Là, le Medef veut mettre "l'employabilité" au coeur du dispositif, en modulant les cotisations des entreprises par rapport à leurs investissements de formation de leurs salariés. Ceci en parallèle des incitations fiscales déjà existantes, a assuré Mme Parisot.A côté de ces grands axes, l'organisation propose la création d'un ministère de la Femme, avec une action transversale pour faire avancer l'égalité hommes-femmes, plaide pour plus de transparence des marchés financiers, défend "l'avantage compétitif" octroyé par l'énergie nucléaire et plaide en faveur d'une "politique volontariste" pour un "accès général au très haut débit".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.