Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hôtel-Dieu: le gouvernement taxé de double discours

AFP Video02/09/2013 à 20:16

Des élus, syndicalistes et personnels hospitaliers qui soutiennent une occupation symbolique d'une salle de l'Hôtel-Dieu, ont demandé lundi au gouvernement de sortir du "double discours" sur les urgences du plus vieil hôpital parisien.

Depuis dimanche après-midi quelques dizaines de personnes, personnels soignants et syndicalistes CGT et Sud, occupent une salle vide, rénovée il y a deux ans, et utilisée auparavant par un service de chirurgie thoracique. Ils exigent du gouvernement qu'il prenne une décision définitive sur le maintien ou non du service des urgences, un des rares qui subsiste dans l'établissement.

"Tant qu'on aura pas une décision claire, on restera", a prévenu le médecin urgentiste Gérald Kierzek, au cours d'une prise de parole aux côtés de responsables CGT et Sud et d'élus et militants de la gauche de la gauche. Le porte-parole de Droit au Logement Jean-Baptiste Eyraud est venu annoncer le soutien de l'organisation de défense des mal logés à cette occupation.

Le 10 juillet dernier, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait annoncé le report à une date indéterminée de la fermeture du service d'accueil des urgences de l'Hôtel-Dieu, initialement prévue le 4 novembre par la direction de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avec l'appui des autorités médicales du groupe hospitalier.

"Hôpital universitaire de santé publique"

La fermeture avait été justifiée par un projet de reconversion du vieil établissement, jugé trop vétuste, en "hôpital universitaire de santé publique", dépourvu de lits, et dédié à la formation, à la recherche et aux consultations de médecine générale.

Mais si le projet a été ainsi gelé par la ministre, la direction de l'hôpital a continué à fermer des services annexes et aurait demandé, selon les occupants, aux pompiers de ne plus amener de malades aux urgences.

"Il ne faut pas être dupe, la responsable c'est Marisol Touraine", a lancé le Dr Kierzek, fustigeant son "double discours". "Elle dit le 10 juillet on met un moratoire sur les urgences alors qu'on est en train de nous siphonner, de nous asphyxier".

Selon l'urgentiste, le maintien des urgences de l'Hôtel-Dieu, en plein centre de Paris, se justifie par la saturation des autres services d'urgences parisiens: 1 heure d'attente selon lui à l'Hôtel-Dieu contre 10 heures à Bichat ou à Lariboisière.

"S'il y a accumulation des malades sur des brancards dans les couloirs de la honte (...) ça sera Marisol Touraine qui en sera responsable", a-t-il ajouté.

Mais dans les milieux hospitaliers le mouvement d'occupation est critiqué. Ainsi le porte-parole du Mouvement de défense de l'hôpital public (MDHP), le Dr Bernard Granger s'est moqué dans un communiqué de l'action d'une "poignée d'irréductibles transformée en troupe d'occupation".

Mais il a qualifié aussi le projet de l'AP-HP de "concept vide de sens" qui va "dilapider" des ressources dont d'autres hôpitaux ont grand besoin.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.