Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande salue le président d' l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker, le 10 mai 2012 à Paris

AFP Video10/05/2012 à 21:41

Le président élu François Hollande, qui entend faire son entrée sur la scène européenne autour du thème de la croissance, est rattrapé par la crise grecque avant même son investiture.Le nouveau chef de l'Etat a entamé de premières consultations sans attendre sa prise de fonctions, prévue mardi 15 mai. Il a rencontré mercredi le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy puis, jeudi, celui de l'Eurogroupe, le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker.Rien n'a filtré de ces entretiens.Les dirigeants européens avaient pris rendez-vous avec François Hollande pour mieux comprendre sa volonté de "renégocier" le traité de discipline budgétaire et d'y ajouter un "volet croissance". C'est dans ce même esprit que le socialiste doit se rendre à Berlin mardi pour un dîner de travail avec la chancelière Angela Merkel.Le fait d'avoir rencontré MM. Van Rompuy et Juncker avant Mme Merkel n'est pas anodin. Pour François Hollande, "la relation franco-allemande est une relation première" mais il souhaite "voir les institutions européennes jouer tout leur rôle", a expliqué le responsable de la transition présidentielle Pierre Moscovici, excluant l'idée d'un "directoire" formé par Paris et Berlin.Le président élu espère peut-être aussi trouver des alliés face à la chancelière allemande, hostile à toute réouverture des négociations sur le pacte budgétaire. "M. Juncker est un homme qui a pas mal d'écoute à l'égard des thèses de François Hollande et qui sait qu'il faut appuyer sur la croissance", a fait valoir jeudi Pierre Moscovici."Les débats ne portent pas pour l'instant sur la forme juridique que doit prendre l'initiative de croissance, l'important c'est son contenu, et sur ce front-là, les choses avancent bien", a affirmé à l'AFP un autre proche du président élu.Mais le thème de la croissance, au menu du dîner informel de l'UE le 23 mai à Bruxelles puis du sommet des 28 et 29 juin, risque d'être occulté, une fois de plus, par l'urgence grecque. Organisées le même jour que le second tour de la présidentielle en France, les élections législatives en Grèce ont conduit dimanche à une impasse politique qui pousse plusieurs économistes à prévoir une faillite d'Athènes.Comment François Hollande, dont la victoire a suscité beaucoup d'espoirs en Grèce, compte-t-il réagir' Est-il favorable à un assouplissement de la cure d'austérité imposée à la Grèce par l'UE et le Fonds monétaire international, ou plaide-t-il la fermeté quitte à voir Athènes abandonner l'euro' Pour l'instant, le futur président, qui n'est pas encore aux manettes, fait uniquement savoir qu'il se tient "informé de manière extrêmement précise"."C'est au Grecs de trouver une solution politique, nous n'avons pas à leur dicter leur conduite", se borne-t-on à glisser dans son entourage.Pendant sa campagne, le candidat Hollande avait jugé "tardifs et insuffisants" les plans de sauvetage conçus par les Européens sous l'impulsion d'Angela Merkel et du président Nicolas Sarkozy.Il a aussi fait de la croissance une solution pour sortir le pays de l'ornière. "S'il n'y a pas de croissance, cela vaut pour la Grèce, cela vaut pour toute l'Europe, nous ne réduirons pas suffisamment nos déficits", estimait-il mi-février. Certains analystes jugent d'ailleurs que son "pacte de croissance", s'il est adopté par l'UE, pourrait aider les Grecs à avaler la pilule de la rigueur.Quant à la crise dans le reste de la zone euro, ses solutions pour y mettre fin risquent aussi de déplaire à Berlin. François Hollande défendait encore dans un entretien publié au lendemain de son élection des euro-obligations pour mutualiser les dettes des Etats européens ainsi qu'un refinancement direct des pays auprès de la Banque centrale européenne. Deux hypothèses un temps caressées par Nicolas Sarkozy, qui avait dû reculer face au refus d'Angela Merkel.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.