Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Farc: reprise des pourparlers de paix à La Havane

AFP Video14/01/2014 à 00:33

La guérilla des Farc a critiqué de récentes déclarations du président colombien Juan Manuel Santos, affirmant qu'elles "n'aident pas" à faire avancer les pourparlers de paix qui ont repris lundi à La Havane après une pause de trois semaines.

"Ces déclarations n'aident en rien dans la recherche de la confiance entre les parties", a déclaré à la presse Ivan Marquez, le numéro 2 de la guérilla chargé des négociations de paix en cours depuis novembre 2012.

Lundi, depuis Bogota, le président Santos s'est dit sur la radio colombienne RCN "plus optimiste qu'il y a un an" concernant la signature d'un accord de paix, exprimant l'espoir qu'"un accord survienne le plus tôt possible".

Et "à la fin ce sera le peuple colombien lui-même qui va pouvoir décider s'il accepte ou non ce qui aura été conclu", via un référendum, a répété M. Santos. Une option rejetée par la guérilla, qui appelle à la convocation d'une Assemblée constituante.

Dans un discours prononcé le 26 novembre devant des responsables militaires, M. Santos avait estimé que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) "se sont rendu compte qu'elles étaient engagées sur un chemin qui ne menait nulle part" et que la pression de l'armée colombienne les avait contraintes à négocier.

Il accordait alors également un grand mérite au Plan Colombie, lancé en 2000, qui encadrait une aide militaire américaine de neuf milliards de dollars pour lutter contre le trafic de drogue.

"Santos lui-même révèle que cela n'était pas un plan contre le trafic de drogue, mais un plan contre-insurrectionnel conçu pour réprimer le mécontentement social", a estimé le numéro 2 de la rébellion issue d'une insurrection paysanne.

Au pouvoir depuis 2010, M. Santos, un dirigeant de centre droit, s'est déclaré candidat à sa succession en juin 2014, afin de pouvoir conclure le processus de paix.

En outre, selon M. Marquez, les récentes révélations du Washington Post sur un soutien logistique de la CIA à l'armée colombienne, notamment lors d'un raid qui avait permis d'abattre le numéro deux des Farc Raul Reyes en Equateur en 2008, prouvent que "l'interventionnisme américain est total".

"La Colombie est un pays occupé avec l'assentiment d'élites apatrides", a encore estimé M. Marquez.

Comme à son habitude, la délégation du gouvernement menée par l'ex-vice-président Humberto de la Calle s'est abstenue de toute déclaration à l'ouverture de cette nouvelle session de dialogue entamée après une pause décidée le 20 décembre.

Les négociations avec la plus ancienne guérilla d'Amérique latine visent à mettre fin à un conflit interne de près d'un demi-siècle, qui a en outre mêlé plusieurs rébellions, des milices paramilitaires et des gangs criminels, faisant plusieurs centaines de milliers de morts.

Fondées en 1964, les Farc comptent encore selon les autorités près de 8.000 combattants, essentiellement repliés dans les zones rurales du pays.

Quatrième tentative de dialogue dans l'histoire, ces pourparlers ont déjà abouti sur la question d'une réforme agricole et de la participation des Farc à la vie politique. Reste encore à régler les questions des trafics illicites, de l'abandon des armes et de la réparation aux victimes.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.