Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des machines à sous au Bingo Re, la plus grande salle de jeux en Europe, le 5 mars 2012 à Rome

AFP Video13/03/2012 à 10:21

En dépit de la récession et des mesures d'austérité qui vident les poches de millions d'Italiens, les affaires fleurissent à "Bingo Re", la plus grande salle de jeux en Europe, située non loin du centre de Rome.Des dizaines de joueurs se pressent devant les centaines de machines à sous, en sirotant un café, ou tentent leur chance au bingo."Cela a été une année record pour nous", déclare Massimo Ruta, directeur pour l'Italie du géant espagnol des machines à sous, Codere, propriétaire de la salle "Bingo Re".Codere gère 3.454 machines à sous dans 14 salles disséminées dans toute l'Italie et son chiffre d'affaires dans la péninsule a fait en 2011 un bond vertigineux de 63,2% à 224 millions d'euros, malgré l'entrée du pays en récession."La crise a entraîné des situations difficiles pour un grand nombre de nos clients, mais jouer fait partie de la nature humaine. Il est difficile de s'en passer", estime M. Ruta dans un entretien avec l'AFP.Le chiffre d'affaires du secteur des jeux de hasard a atteint une somme astronomique en Italie en 2011, à 79,9 milliards d'euros, contre 14,3 milliards en 2000, ce qui fait de l'Italie l'un des principaux marchés dans ce secteur, après les Etats-Unis.Sur les 79,9 milliards de chiffre d'affaires, 61,5 milliards sont partis en prix distribués aux joueurs, mais près de 9 milliards sont allés à l'Etat sous forme d'impôts et taxes, un chiffre destiné à croître en 2012 après l'augmentation des taxes sur les machines à sous."C'est un secteur très attrayant" pour l'Etat qui cherche à y piocher et "le ministère des Finances y a déjà mis les mains", a ajouté M. Ruta.Dans le même temps, d'autres responsables du gouvernement ont demandé davantage de réglementation face à la préoccupation grandissante de l'opinion publique sur la dépendance au jeu.Le ministre de la Santé Renato Balduzzi a ainsi qualifié le jeu de "maladie sociale", tandis que son collègue en charge de la Coopération, Andrea Riccardi, a prôné l'interdiction de la publicité à la télévision pour les jeux de hasard."Les gens jouent davantage en temps de crise", estime Matteo Iori, directeur de centre social et thérapeutique "pape Jean XXIII", en Emilie-Romagne, qui traite chaque année des centaines de personnes dépendantes du jeu."La perspective d'un gain financier, le désir de changer de vie poussent les gens à jouer", ajoute M. Iori.Le centre a ouvert en l'an 2000 avec une session hebdomadaire pour les personnes dépendantes du jeu. Désormais ces sessions sont au nombre de six. M. Iori forme de nouveaux spécialistes dans toute l'Italie et s'exprime dans les écoles.- dépendance -"L'Etat encourage le jeu mais ne parvient pas à protéger les plus vulnérables", a estimé M. Iori.Selon son centre, quelque 30 millions d'Italiens ont joué au moins une fois, environ 1,7 million sont considérés à risque et 800.000 sont des joueurs "pathologiques".Les industriels du jeu contestent ces chiffres et assurent que la stricte réglementation en place permet d'éviter les excès. Ils estiment que le secteur a fait d'immenses progrès depuis l'époque des tripots clandestins gérés par la mafia."L'Etat nous a aidés à organiser, à la lumière du jour, quelque chose qui n'était pas réglementé auparavant et qui était, dans certains cas même, illégal", a déclaré M. Ruta."Les machines à sous aident le joueur à s'amuser plutôt qu'à s'abrutir et jouer d'une manière peu sûre dans un lieu douteux", a-t-il ajouté.Les représentants du secteur soulignent également le nombre d'emplois créés par cette industrie: plus de 100.000 dans toute l'Italie.La filiale italienne de Codere emploie en ce début d'année 1.100 personnes, enregistrant déjà une hausse de 10% par rapport à 2011.Le géant espagnol a mis en place un numéro de téléphone gratuit pour les personnes dépendantes du jeu et organisé des tables rondes intitulées "jeu responsable".En dépit de ce genre d'initiatives, le jeu continue à avoir mauvaise réputation."Si vous dépensez 100 euros pour dîner dans un restaurant, personne ne dira rien. Si vous venez ici pour vous amuser, c'est considéré comme honteux", déplore M. Ruta.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.