Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des euros, des dollars et des rials iraniens

AFP Video12/10/2012 à 17:48

Exportations pétrolières en chute libre, effondrement de la monnaie, inflation galopante, production industrielle en baisse, chômage en hausse, mécontentement populaire: l'Iran accuse durement le poids des sanctions occidentales contre son programme nucléaire controversé.Lors d'une réunion ministérielle de l'Union européenne lundi, Paris, Londres et Berlin devraient demander un nouveau tour de vis contre l'Iran dans les domaines de l'énergie et des finances.Après avoir longtemps nié l'effet de ces sanctions, les dirigeants iraniens commencent à admettre l'ampleur des dégâts, dénonçant depuis l'été une "guerre économique" contre l'Iran.Pour autant, Téhéran continue de réaffirmer haut et fort qu'il ne cèdera pas aux pressions et n'abandonnera jamais son ambitieux programme nucléaire, soupçonné malgré les démentis iraniens de dissimuler un volet militaire."Le peuple iranien saura faire échec aux sanctions barbares" imposées par les Etats-Unis et l'Union européenne, a répété mercredi le Guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei.Le pays a toutefois été secoué début octobre par l'effondrement de sa monnaie, qui a perdu près de 40% de sa valeur en quelques jours sur le marché libre des changes, provoquant des manifestations de colère à Téhéran.Jeudi, le dollar cotait environ 33.000 rials, contre 22.000 fin septembre et 13.000 au début de l'année. Cette chute a provoqué une hausse brutale des prix de nombreux produits de consommation courante, accélérant une inflation officiellement évaluée à 27% en août, mais probablement deux fois plus élevée.Cette crise est largement due à l'embargo bancaire mis en place depuis deux ans par les Occidentaux, qui freine le rapatriement des pétrodollars iraniens.L'embargo pétrolier décidé au début de l'année par les Etats-Unis et l'Union européenne a ensuite divisé par deux les exportations de brut iranien, tombées à environ 1 million de barils par jour cet été. Et en septembre, l'Iran ne produisait plus que 2,7 mb/j, contre environ 3,5 mb/j en début d'année, selon les estimations de l'OPEP."Le régime a de quoi survivre"Les sanctions bancaires ont touché de nombreuses industries importatrices de matières premières ou de pièces détachées, à l'image du secteur automobile dont la production a baissé de 42% depuis que Peugeot, l'un de ses principaux partenaires, a arrêté en mars toute exportation vers l'Iran.Toute la filière automobile, qui emploie 500.000 personnes, a été touchée, provoquant licenciements et fermetures d'usines chez des sous-traitants.Il est difficile d'évaluer précisément l'impact industriel et social des sanctions, sur lequel les médias iraniens, sommés de ne plus publier d'informations "contraires à l'intérêt national", observent le silence.Mais le Fonds monétaire international, qui travaille sur la base des indicateurs officiels, prévoit une baisse de 0,9% du PIB iranien en 2012 et une hausse de 25% du chômage entre 2011 et 2013.Cette rapide dégradation de la situation a ravivé les tensions parmi les factions conservatrices au pouvoir en Iran, les opposants au président Mahmoud Ahmadinejad multipliant les critiques contre l'incapacité du gouvernement à juguler la crise.Le récent effondrement monétaire a été amplifié par "des erreurs de gestion", a accusé mercredi l'ayatollah Khamenei.Les dirigeants américains et britanniques ont espéré que cette crise amène l'Iran à plus de souplesse dans les négociations nucléaires avec les grandes puissances, au point mort depuis trois ans.Pour autant, la survie du régime n'est pas encore menacée parce que l'Iran reste un pays riche, estiment la plupart des analystes."Les gens ne sont pas contents de la situation économique" mais, même avec des revenus pétroliers réduits de moitié, "le régime a de quoi survivre", résume Thierry Coville, de l'Institut français des relations internationales et stratégiques.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.