Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des assesseurs commencent à dépouiller les votes, le 10 mai 2012 à Alger

AFP Video11/05/2012 à 09:06

Quelque 42% des électeurs algériens ont participé jeudi aux élections législatives, premier scrutin organisé dans ce pays depuis le Printemps arabe, un taux contrastant nettement avec la méfiance affichée durant la très brève campagne électorale.Les quelque 21,6 millions d'électeurs ont voté pour élire 462 députés, bien plus massivement qu'au dernier scrutin législatif de 2007 où le taux de participation avait atteint 35,67%, mais les résultats du scrutin ne seront connus que vendredi après-midi à 14H30 GMT, selon des sources officielles."La participation globale -territoire national plus communauté nationale à l'étranger- est de 42,90%", a déclaré le ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia, précisant que ce taux était bien plus élevé sur le territoire national atteignant 44,38 %, alors qu'il n'a été que de 14% pour les Algériens de l'étranger.Le président Abdelaziz Bouteflika, initiateur de réformes destinées à parer le pays de la révolution qui a balayé les régimes de Libye, de Tunisie, d'Egypte et du Yémen notamment, avait appelé à plusieurs reprises ses compatriotes à voter, tout comme nombre de dirigeants politiques.Mais, inversement, le taux d'abstention aura atteint 57,1%.Il a surtout été marquant dans la capitale kabyle, Tizi Ouzou, atteignant 80,16%, suite au boycottage mené par l'un des partis dominants, le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD).A Alger, forte d'environ trois millions d'habitants, l'absention a atteint 69,1% des électeurs.Sans crier victoire, M. Ould Kablia a souligné que les problèmes "constatés ici et là ont été contenus et ne peuvent avoir en aucun cas d'incidence sur la crédibilité des élections".Lui emboîtant le pas, le chef de la mission des quelque 150 observateurs de l'Union européenne à ce scrutin José Ignacio Salafranca a jugé que le vote s'était déroulé dans des conditions "généralement satisfaisantes sauf de petits incidents très limités".Les autres observateurs, sur un total de 500 venus en Algérien à la demande de la présidence et issus de la Ligue Arabe, de l'OCI ou de l'Union africaine et d'ONG américaines, n'avaient fait aucun commentaire jeudi.Des irrégularités durant le scrutin La Commission nationale de surveillance des élections législatives (CNSL) a pourtant répertorié 150 plaintes d'irrégularités du scrutin, dont une trentaine relevant du pénal.Deux de ces dernières impliquent directement deux ministres en exercice, candidats à la députation. Il s'agit de Chérif Rahmani, ministre de l'Environnement du Parti national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia et de Tayeb Louh ministre du Travail du Front de Libération Nationale (FLN, parti présidentiel).Tous deux sont accusés d'avoir visité les centre de vote pour inciter à un vote en leur faveur.Le président Abdelaziz Bouteflika avait pressé à plusieurs reprises, dont mardi après-midi, la population et en particulier les jeunes à voter massivement.Dans le tiers des communes -543 sur 1.541- le vote a été prolongé d'une heure à 20h00 locales (19h00 GMT), alors que les bureaux de vote avaient ouvert à 8h00 pour ce scrutin à la proportionnelle à un tour destiné à élire 462 députés.A Bab El Oued, le coeur traditionnel d'Alger, la plupart des habitants interrogés par l'AFP se disaient indifférents et parlaient d'abstention."Je ne voterai pas car la Constitution ne donne aucun pouvoir au Parlement", expliquait Hamid, 50 ans, ancien militant du Front islamique du Salut (FIS), dissous en mars 1992, après l'annulation des premières législatives pluralistes de décembre 1991 que ce parti était en passe de remporter.L'annulation du scrutin avait plongé le pays dans une "guerre civile" qui a fait près de 200.000 morts.Quarante-quatre partis - dont 21 nouveaux, sept formations islamistes et plus d'une centaine de listes d'indépendants - étaient en lice pour ce scrutin.En appelant mercredi les jeunes à aller voter, ce dernier, âgé aujourd'hui de 75 ans, les avait assuré que "sa génération avait fait son temps".L'Algérie fête cette année ses 50 ans d'indépendance, mais ces dernières années avait vu une multiplication des mouvements sociaux, menant à un pic en janvier 2011 avec des émeutes sanglantes, durant la période de la chute du régime Ben Ali en Tunisie.Confortés par la victoire des islamistes dans les pays de la révolution arabe, ceux d'Algérie étaient très optimistes. "Nous sommes certains de notre victoire que ce soit par KO ou aux points", déclarait l'un d'eux, Bouguerra Soltani, chef de file du Mouvement de la société pour la paix (MSP).


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.