Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Déception des militants UMP à la Mutualité après la victoire de François Hollande, le 6 mai 2012 à Paris.

AFP Video07/05/2012 à 00:46

Une minute de stupeur muette a saisi la salle de la Mutualité à l'affichage du visage de François Hollande sur les écrans télé. La forêt de drapeaux tricolores se baisse et les yeux des jeunes militants se mouillent, avant qu'ils entonnent, mollement, un "Merci Sarkozy" au président sortant qui viendra les saluer 20 minutes plus tard."Abattue". Aurore, 25 ans, ne peut retenir ses pleurs. Medhi la réconforte, pendant que des militants retrouvent un peu d'allant pour siffler la première secrétaire du PS, Martine Aubry qui passe à la télé. "C'est dommage, on a voulu s'arrêter à la forme", au style du président, estime Medhi. Mais, claque déjà un reproche: "on n'avait pas à séduire les électeurs du FN comme ça", entre les deux tours. Et de s'en prendre au ministre de la Défense, Gérard Longuet, qui a qualifié le FN d'"interlocuteur".Emma, 18 ans, militante depuis février, a aussi un "petit bémol" sur les tracts. "On a mis +Non à Hollande, Non au droit de vote des étrangers+, c'était trop fort, on a eu des retours comme quoi c'était raciste".Seule l'arrivée du chef de l'Etat fait se redresser les drapeaux tricolores, et porter les smart phones à bout de bras pour immortaliser le discours du président battu.Les militants lancent quelques +Merci+, +On t'aime+ depuis les tribunes et un rare "Sarkozy 2017", suspendus aux lèvres de Nicolas Sarkozy, qui leur demande de la "dignité". Il est acclamé quand il rappelle son "engagement total" au service du pays.Les yeux des militants, dont la plus grande partie a moins de trente ans, se mouillent.Nicolas Sarkozy s'écarte de la tribune, puis s'en va, avant que la salle n'entame une Marseillaise en guise de baroud d'honneur. Pas le coeur à rester, les militants quittent la salle à toute vitesse, après qu'un air de "On est dans la merde" achève la soirée.Jusqu'au bout, ils ont voulu y croire, mais c'était un peu la méthode Coué, alors que dès 19H00 se chuchotent des "+47-53, je sais+" discrètement d'une oreille à l'autre dans la fosse bien remplie de la salle de la Mutualité. "C'est peut-être une blague belge '", réagit Aude, 21 ans, à l'annoncé des premières estimations qui circulent sur les médias étrangers.Raymond-François, 75 ans, ancien haut-fonctionnaire, a lui été déçu "par le débat". "Il s'est laissé enfermer sur son bilan", et tempête aussi contre ceux qui ont lui "reproché le Fouquet's cinq ans après". Derrière lui, un grand brun lance à un de ses copains: "Tu vas voir, moi je vais aller lancer des Flanby à Solférino".L'avocat Francis Szpiner n'a pas voulu commenter les estimations. Mais, lui qui n'était pas là il y a deux semaines, a lâché d'un sourire, un quart d'heure avant 20H00: "il faut venir quand les choses sont difficiles...". Personne ne s'y trompe.Aux environs de 19H30, les seconds couteaux de l'UMP arpentaient les couloirs avec un seul mot d'ordre, tel un mantra: "le 3e tour c'est les législatives". "On ne va rien lâcher, ça commence demain", répétait Valérie Rosso-Debord. "C'est pas la fin d'une aventure, c'est le début", assurait Guillaume Peltier, un des stratèges de la campagne, disant aussi "ressentir une grande tristesse pour Nicolas Sarkozy". Et de répéter, lui aussi, qu'il faut "rester uni".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.