Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Débat France 24/RFI des têtes de listes aux européennes : les moments forts

France 2409/04/2019 à 23:24

L'ancienne ministre des Affaires européennes a été à plusieurs reprises au centre des critiques, notamment sur la fermeture de la frontière franco-italienne ou encore sur le refus de faire accoster l'Aquarius. Des critiques qui lui ont valu d'être qualifiée de "complice de Matteo Salvini", le vice-président du conseil italien et leader de la Ligue, par Manon Aubry (FI) et de Yannick Jadot (Les Verts). "J'ai fait barrage à Matteo Salvini, s'est-elle défendu en dénonçant l'alliance de ce dernier avec le Rassemblement National de Marine Le Pen. Je ne m'allie pas avec ceux qui attaquent mon pays", a-t-elle ajouté faisant référence aux propos de l'homme fort de Rome qui a qualifié Emmanuel Macron de "très mauvais président".

Nathalie Loiseau a également été pressée par Raphaël Glucksmann de justifier les propos du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui avait déploré vendredi que des ONG ait "pu se faire complices" des passeurs. Elle a affirmé qu'il n'y avait pas "un bénévole d'ONG qui ne soit pas sincère". "Ce que j'ai vu aussi, c'est que les passeurs en profitent", a fait valoir la candidate LREM, en déplorant par ailleurs qu'une opération de sauvetage de migrants soit actuellement "bloquée à cause de Mr Salvini".

Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer