Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crise à l'UMP: le groupe de députés fillonistes officialisé à l'Assemblée

AFP Video05/12/2012 à 09:43

Le groupe de députés fillonistes a été formellement constitué mardi à l'Assemblée mais l'ex-Premier ministre et Jean-François Copé ont annoncé néanmoins la poursuite de leurs discussions, au delà de la date butoir fixée par Nicolas Sarkozy pour parvenir à une conciliation.Les rivaux de l'UMP ont engagé mardi soir un troisième round de discussions, en tête-à-tête, pour tenter de trouver un accord sur la date d'un nouveau vote des militants pour élire le président de l'UMP. Ils ont prévu de se revoir, selon leurs entourages, mercredi en fin d'après-midi.Les deux hommes s'étaient déjà retrouvés lundi par deux fois lundi.Président proclamé de l'UMP, mais contesté, Jean-François Copé propose un nouveau vote mais après les municipales de 2014. François Fillon le veut pour sa part "dans les meilleurs délais".Interrogé sur le dépassement de la date butoir fixée par Nicolas Sarkozy pour parvenir à un accord, l'ex-ministre de l'Intérieur et un de ses plus fidèles, Brice Hortefeux a dit sur BFMTV que le "message" de l'ancien chef de l'Etat avait "été entendu" et "son souhait concrétisé", puisque les deux hommes dialoguaient."Le souhait de Nicolas Sarkozy était la reprise du dialogue" et "ce souhait a été concrétisé. Il y a des signaux très positifs depuis 48H00", a-t-il souligné. Excédé par la crise d'un parti qui lui avait permis d'accéder au pouvoir en 2007, Nicolas Sarkozy avait haussé le ton vendredi, leur donnant à chacun jusqu'à mardi pour trouver une solution, faute de quoi il dirait "publiquement" qu'ils sont "disqualifiés" pour diriger le parti.La reprise de ce dialogue ne semble donc pas avoir pâti de l'officialisation mardi à l'Assemblée du nouveau groupe filloniste, Rassemblement-UMP, qui a été doté d'un temps de parole, alors que les copéistes en avaient fait un point de rupture.Pas de changement dans l'hémicycleLe R-UMP, qui regroupe 72 fillonistes (contre 123 UMP), devait poser deux questions au gouvernement, contre quatre pour l'UMP, à partir de mercredi. Il se dissoudra quand Jean-François Copé acceptera un nouveau vote rapide à l'UMP, sous contrôle d'une commission indépendante, ont répété les fillonistes.Les temps de parole ont été accordés au R-UMP lors de la conférence hebdomadaire des présidents, à laquelle assistait M. Fillon.L'ex-Premier ministre y a côtoyé les chefs des six autres groupes constitués en juin, dont, pour l'UMP, Christian Jacob, un proche de Jean-François Copé.Chef de file des députés PS, groupe majoritaire, Bruno Le Roux s'est insurgé: "On se sert du règlement pour régler la rivalité entre deux factions. C'est un dévoiement de nos institutions". Même indignation chez le Vert François de Rugy.Les députés R-UMP, qualifié de groupe "dissident" par Jean-François Copé, et ceux de l'UMP n'ont pas changé de place dans l'hémicycle.Interrogé sur le contenu des discussions entre MM. Fillon et Copé, le porte-parole de l'ex-Premier ministre, Jérôme Chartier, avait affirmé lundi soir que les deux hommes entendaient "mettre tous les sujets sur la table, "sans interdit". "Ils ne parlent pas que des élections internes à l'UMP", a dit un copéiste. "Ils parlent de tout, de l'organisation et de l'avenir du parti".Mais, les discussions butent principalement sur la date d'un nouveau vote militant pour désigner le président. Proclamé deux fois président du mouvement, M. Copé a proposé dimanche de revoter, mais en 2014, après les municipales. Une proposition qu'il veut soumettre aux militants par référendum en janvier. Ils se prononceraient également sur un changement des statuts de leur parti.François Fillon, qui estime avoir été spolié de la victoire le 18 novembre, veut au contraire un vote très rapide.Selon M. Copé, le président de l'UMP en place en 2016 doit s'engager à ne pas concourir à la primaire qui désignera le candidat du parti à la présidentielle. Si c'était le cas, il devrait se retirer de la direction du parti.Emmenés par Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet, les "non-alignés" de l'UMP ont précisé mardi leurs desiderata: une élection pour la présidence du parti au printemps 2013, avec congrès préalable pour fixer les règles du jeu.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.