Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Compte en Suisse: Cahuzac dément à nouveau après la contre-attaque de Mediapart

AFP Video06/12/2012 à 08:24

Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, est monté au créneau mercredi contre Mediapart qui l'accuse d'avoir détenu un compte secret en Suisse et a rendu public un enregistrement téléphonique présenté comme un "aveu".Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a réagi à cet enregistrement dans la nuit par un communiqué en jugeant qu'aucun des éléments dont "croit" disposer le site internet "ne sont convaincants" et "ne l'impressionnent".Mercredi soir, le site d'information a rendu public un enregistrement datant selon lui de fin 2000, dans lequel un homme qu'il affirme être Jérôme Cahuzac avoue détenir un compte dans une banque suisse."Aucun témoin crédible ne peut affirmer ni tenter de corroborer une chose qui n'existe pas et n'a pas existé", affirme le ministre.Après sa plainte en diffamation contre le site internet, le ministre dit "attendre l'enquête avec la plus grande sérénité".Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a affirmé mercredi soir avoir "toute confiance" en Jérôme Cahuzac, qui a exclu de démissionner.Assurant disposer de "nombreux témoignages" et d'"éléments documentaires probants", Mediapart a affirmé que l'élu socialiste du Lot-et-Garonne avait "détenu pendant de longues années un compte bancaire non déclaré à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève", clôturé en 2010 et transféré à Singapour."Ca me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques", dit l'homme à un interlocuteur non identifié sur l'enregistrement diffusé par Médiapart."Il n'y a plus rien là-bas, non' La seule façon de le fermer, c'est d'y aller'", interroge-t-il, s'inquiétant des répercussions possibles alors qu'il s'apprête à devenir maire "au mois de mars". "Je ne tiens vraiment pas du tout à ce qu'il y ait la moindre ambiguïté", ajoute-t-il.La voix de M. Cahuzac n'était pas reconnaissable de manière évidente par les journalistes de l'AFP qui ont écouté l'enregistrement.Les conditions dans lesquelles celui-ci a été réalisé sont rocambolesques, telles que le site les raconte. Après avoir appelé un correspondant sur un sujet tout autre, le député l'aurait rappelé par erreur, alors qu'il était en pleine conversation avec un autre interlocuteur. La conversation avec ce dernier est alors enregistrée par le répondeur téléphonique du premier correspondant, sans qu'aucun ne s'en rende compte, affirme Mediapart.Le site d'information expliquait mardi que son "enquête" venait corroborer celle d'un agent du fisc du Sud-Ouest, Rémy Garnier, qui avait évoqué l'existence d'un tel compte secret dans un mémoire adressé à sa hiérarchie en 2008. Selon Mediapart, la "découverte" de ce mémoire "a été un point de départ" de son enquête mais "pas sa conclusion".Pour M. Cahuzac, le rapport de cet agent est douteux. "Mes accusateurs devront prouver que les allégations sont fondées. Ils auront du mal", a-t-il prévenu.Dans un entretien à l'AFP, M. Garnier convient qu'il y avait "des lacunes" dans son travail. Il rappelle que l'administration a prononcé contre lui un avertissement disciplinaire en raison de ce rapport. Mediapart répète par ailleurs avoir des preuves que le ministre s'est finalement rendu lui-même en Suisse pour clore ce compte, "début 2010", et transférer les fonds à Singapour, via un "complexe montage offshore". Le site nomme un correspondant de Jérôme Cahuzac à l'UBS, "Marc D.", assurant "protéger" à ce stade son identité complète."J'ai effectué un déplacement" à Genève, a reconnu le ministre, expliquant avoir voulu vérifier des informations "de nature fiscale" non détaillées. Ce voyage était "tellement peu discret que j'ai dû prendre le billet par le service des transports de l'Assemblée nationale", a-t-il ironisé.L'affaire a provoqué de nombreuses réactions, notamment "de solidarité" à Jérôme Cahuzac de la part du gouvernement et du président François Hollande.A l'UMP, la prudence était de mise. L'ex-ministre Laurent Wauquiez a demandé à Jérôme Cahuzac d'apporter en urgence "des preuves" pour dissiper les soupçons. Jean-François Copé a dit avoir "une estime personnelle" pour M. Cahuzac, prenant "acte" du démenti du ministre.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.