Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Capture d'écran de YouTube montrant le 16 février 2012 les obsèques d'un opposant mort en détention

AFP Video17/02/2012 à 08:16

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi à une écrasante majorité, malgré l'opposition de Moscou et Pékin, une résolution dénonçant la répression en Syrie, qui devrait accentuer l'isolement du régime de Damas même si sa portée est surtout symbolique.Ce vote intervient douze jours après le blocage par la Russie et la Chine d'un texte similaire au Conseil de sécurité. Sur 193 pays membres de l'Assemblée, 137 ont voté en faveur du texte, 12 contre (dont la Russie, la Chine, Cuba, l'Iran, la Corée du Nord ou le Venezuela), et 17 se sont abstenus.La résolution exige du gouvernement syrien qu'il mette fin à ses attaques contre sa population civile, soutient les efforts de la Ligue arabe pour assurer une transition démocratique à Damas et recommande la nomination d'un envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie.Ce texte a une portée essentiellement symbolique, l'Assemblée générale étant un organe consultatif où le droit de veto n'existe pas. Le Conseil de sécurité ne s'est toujours pas exprimé depuis le début de la crise en Syrie en mars 2011. Il a été bloqué pour la deuxième fois le 4 février par un double veto russe et chinois.Le ministre français des affaires étrangères Alain Juppé a salué après la vote un "soutien massif et sans équivoque au peuple syrien (et) à la Ligue arabe". "Après le blocage par veto du Conseil de Sécurité, chacun doit tirer les conséquences de cette mobilisation exemplaire des Nations unies", a-t-il conclu dans une allusion transparente à Moscou et Pékin, fidéles alliés de Damas. "Le message est sans ambiguïté. La violence doit cesser immédiatement", a déclaré son homologue britannique William Hague. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a quant à lui "salué le message tant attendu" envoyé par l'Assemblée générale. Il a invité "les autorités syriennes à entendre l'appel de la communauté internationale et la voix du peuple syrien". Le dépot de cette résolution était soutenu par plus de 70 pays, dont de nombreux pays occidentaux et arabes.Avant le vote, des diplomates occidentaux expliquaient que l'objectif était de rassembler plus de voix que le 19 décembre dernier. L'Assemblée avait alors dénoncé les violations des droits de l'homme en Syrie par 133 voix pour, 11 contre, et 43 abstentions, dont celles de Moscou et de Pékin.Mais le texte voté jeudi contient des élements plus politiques, dont des références au plan de réglement de la Ligue arabe du 22 janvier.En présentant le texte au vote au nom du groupe arabe, le représentant égyptien Ossama Abdelkhalek avait "demandé aux pays membres d'envoyer un message clair au peuple syrien".L'ambassadeur syrien Bachar Jaafari avait quant à lui dénoncé une résolution "tendancieuse et déséquilibrée", faisant valoir la nécessité d'un "dialogue national", rejeté par l'opposition. Pour le représentant russe Vitaly Tchourkine, Moscou "n'avait pas d'autre choix que de voter contre", dès lors que ses amendements avaient été rejetés. La Russie souhaitait notamment que le texte souligne aussi la responsabilité de l'opposition dans les violences.La résolution adoptée "condamne fermement la poursuite des violations généralisées et systématiques des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les autorités syriennes, comme l'emploi de la force contre des civils".Elle "exhorte le gouvernement syrien à (y) mettre immédiatement fin" et affirme que les responsables d'éventuels crimes contre l'humanité devront "répondre de leurs actes". Le texte "condamne toutes les violences, d'où qu'elles viennent", et "demande à toutes les parties (..), y compris les groupes armés, de mettre immédiatement fin à toutes les violences ou représailles".Sur le plan politique, la résolution "soutient sans réserve" le plan de la Ligue arabe du 22 janvier prévoyant une transition vers un "système politique démocratique et pluraliste". L'Assemblée invite enfin l'ONU à nommer un envoyé spécial pour la Syrie et à fournir "une assistance technique et matérielle" aux efforts de règlement de la Ligue arabe.La répression en Syrie a fait plus de 6.000 morts depuis mars, selon des militants syriens des droits de l'homme.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.