Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Banques: commissions d'intervention bientôt plafonnées à 80 euros mensuels

AFP Video19/07/2013 à 21:04

Les commissions d'intervention, des frais facturés par les banques quand un client dépasse son découvert autorisé, ne pourront bientôt plus dépasser 80 euros par mois, un plafond réduit à 20 euros pour les personnes aux moyens modestes.

Le plafonnement de ces commissions est prévu dans la loi bancaire votée jeudi mais c'est vendredi que le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a précisé quels niveaux seraient finalement retenus.

"Un décret va être très vite pris pour fixer les plafonds respectivement à 8 euros par opération et 80 euros par mois pour l'ensemble des clients et à 4 euros et 20 euros pour les clients les plus fragiles", détaille un communiqué du ministère.

La définition de cette clientèle fragile reste à préciser. Devraient notamment y figurer les personnes interdites de chéquier et celles bénéficiant du droit au compte. Ce dispositif est réservé à ceux qui peinent à ouvrir un compte en raison de difficultés antérieures et se voient donc attribuer un établissement par la Banque de France.

Agios

Les commissions d'intervention sont les frais que prélève une banque lorsqu'elle accepte de laisser passer une opération plaçant un compte dans une situation irrégulière, comme un dépassement de découvert autorisé. Elles sont prélevées en plus des intérêts débiteurs, plus connus sous l'appellation agios.

Dans sa dernière édition parue début juillet, l'Observatoire des tarifs bancaires notait une "généralisation des dispositifs de limitation" des commissions d'intervention au sein des banques, avec toutefois de fortes disparités pour les plafonds, de 78 à 458,70 euros par mois.

Ces commissions ont été l'objet d'un bras de fer entre les députés et les sénateurs socialistes. Les premiers souhaitaient en effet que soit mis en place un plafond unique, tandis que les seconds plaidaient pour un double plafond, une position soutenue par le gouvernement et les banques.

La décision avait finalement été tranchée la semaine passée en commission mixte paritaire.

Des commissions juteuses pour les établissements

Selon les estimations, les commissions d'intervention rapportent chaque année deux à trois milliards d'euros aux banques, qui seront donc privées d'une partie de leurs revenus avec la mise en place de ces plafonds.

Une source bancaire, interrogée par l'AFP, a estimé que l'impact allait se chiffrer en "centaines de millions d'euros" pour les établissements.

Lors des débats au Parlement, la Fédération bancaire française (FBF) avait plusieurs fois alerté sur les conséquences qu'aurait une telle mesure sur leur activité.

Son président Jean-Paul Chifflet, également directeur général de Crédit Agricole SA, avait prévenu que "si on réduit les frais, les banques doivent rééquilibrer avec plus de marges sur les crédits", donc en proposant des prêts à des taux plus élevés.

La FBF avait également fait valoir qu'un encadrement généralisé des commissions d'intervention risquait de se traduire par une automatisation du traitements des situations anormales et donc à une augmentation des rejets de paiements, au détriment des consommateurs et des commerçants.

Une étude du comparateur Panorabanques.com, diffusée lundi, rapportait que deux Français sur trois (65%) dépassent leur limite de découvert autorisé au moins une fois par an. Ils sont aussi 28% à la dépasser chaque mois.

Du côté de l'UFC-Que Choisir, on estime qu'un simple plafonnement aurait été préférable, car plus simple à mettre en place.

"L'appelation de +clients fragiles+ est extrêmement vague. Cela peut être difficile pour les banques de les détecter mais nous serons vigilants sur la façon dont ce sera fait", a expliqué à l'AFP Maxime Chipoy, responsable des études au sein de cette association de consommateurs.

Il a également qualifié d'"illégitimes" certaines commissions d'intervention, notamment celles relatives au paiement par carte bancaire qui ne nécessitent pas d'intervention humaine pour accepter ou non le paiement.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.