Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Apple sur le gril aux Etats-Unis pour sa stratégie d'évitement fiscal

AFP Video22/05/2013 à 01:25

Le groupe informatique Apple s'est retrouvé sur le gril mardi au Sénat américain, accusé d'avoir exploité des failles dans les législations fiscales à l'échelle internationale pour échapper aux impôts sur des dizaines de milliards de dollars de revenus.

Une commission d'enquête du Sénat lui reproche d'avoir "cherché le saint-Graal de l'évasion fiscale", selon les mots de son président, le démocrate Carl Levin.

"Nous ne dépendons pas d'artifices fiscaux", s'est défendu le patron d'Apple, Tim Cook, lors d'une audition devant les parlementaires. "Nous ne dissimulons pas d'argent dans des paradis fiscaux."

Richard Harvey, un professeur de l'université de Villanova également entendu par les sénateurs, a reconnu qu'Apple avait probablement "agi dans les limites de la législation internationale", mais a ajouté être "presque tombé de (sa) chaise" en entendant le groupe dire qu'il n'utilisait pas d'artifices.

Sans aller jusqu'à accuser Apple de pratiques illégales, la commission d'enquête met en cause la façon dont il a contourné le paiement d'impôts avec un complexe réseau de filiales à l'étranger, dont certaines ne sont "qu'un simulacre", selon M. Levin.

Les sénateurs ont longuement interrogé des responsables du groupe sur trois filiales enregistrées en Irlande.

L'une d'elles, la holding Apple Operations International, n'a aucun salarié mais des bénéfices totalisant 30 milliards de dollars sur les cinq dernières années. Elle ne fait pas de déclaration d'impôts depuis cinq ans "en exploitant les failles" des législations fiscales américaine et irlandaise, selon les conclusions de la commission d'enquête.

"Stratégies alambiquées"

Le sénateur républicain John McCain a jugé "scandaleux" qu'Apple puisse "éviter de payer des impôts tout autour du monde avec ses stratégies alambiquées et pernicieuses".

Si les filiales irlandaises payent peu ou pas d'impôts, c'est parce que "les bénéfices ont déjà été taxés par les pays étrangers où ils sont gagnés", a répondu le directeur financier d'Apple, Peter Oppenheimer.

"Nous payons tous les impôts que nous devons, au dollar près", a aussi affirmé Tim Cook, assurant que son groupe a "de vraies activités dans de vrais endroits".

Apple dit être l'entreprise qui paye le plus d'impôts aux Etats-Unis, avec une facture de 6 milliards de dollars l'an dernier. Sur son dernier exercice, clos fin septembre, son bénéfice net mondial atteignait 41,7 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires de 156,5 milliards.

Apple n'est pas la première multinationale mise sur la sellette aux Etats-Unis à cause de ses pratiques fiscales.

Le conglomérat industriel General Electric avait été vertement critiqué pour avoir réussi à échapper à tout impôt fédéral pour l'année 2010, et la même commission d'enquête s'était déjà attaquée en septembre aux groupes informatiques Microsoft et Hewlett Packard.

Plusieurs groupes américains comme les poids lourds d'internet Google et Amazon, ou encore la chaîne de cafés Starbucks, sont aussi au coeur de polémiques en Europe, et en particulier au Royaume-Uni, pour le montant dérisoire des impôts qu'ils y payent.

Les parlementaires américains s'interrogent sur une éventuelle modification de la législation fiscale, car des multinationales conservent légalement des liquidités souvent très importantes sur des comptes à l'étranger.

Dans le cas d'Apple, cela représente une centaine de milliards de dollars. Mais le groupe à la pomme s'est illustré récemment en renonçant à les utiliser pour payer des dividendes et des rachats de titres promis à ses actionnaires, préférant plutôt s'endetter.

Tim Cook a reconnu que le taux d'imposition de 35% décourageait les rapatriements de fonds, se disant favorable à "une simplification importante de l'impôt sur les sociétés".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.