Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Bruxelles, Sarkozy manie l'humour, se défend et lance des piques

AFP Video27/03/2013 à 18:37

L'ancien président français Nicolas Sarkozy s'est servi de l'humour, parfois grinçant, pour défendre son bilan et égratigner la politique de son successeur en remettant mercredi la Légion d'honneur à un ministre belge à Bruxelles, où il retournait pour la première fois depuis sa défaite électorale.

Dans un discours devant un public conquis, M. Sarkozy a multiplié les allusions à l'actualité, moins d'une semaine après le choc provoqué par sa mise en examen dans l'affaire Bettencourt.

Il a cité un proverbe de Liège, la ville natale de Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères qu'il décorait : "Faites comme à Liège, laissez pleuvoir". "Je me demande parfois si je ne suis pas un peu de Liège. Je laisse pleuvoir. Il ne sert à rien de maudire la pluie car elle finit toujours par laisser la place au soleil", a-t-il dit, souriant.

Sur le même ton, il a assuré qu'il n'était que "de passage" à Bruxelles, à l'invitation de M. Reynders, un ami "de longue date", figure du parti libéral francophone belge. "Je n'ai pas vocation à m'installer", a-t-il assuré, alors que l'implantation de riches Français en Belgique pour des raisons fiscales, au premier rang desquels l'acteur Gérard Depardieu, a suscité une vive polémique en France.

L'hommage rendu à l'action de son hôte, ministre des Finances durant douze ans, a également permis à M. Sarkozy d'évoquer la gestion du sauvetage de Chypre par les Européens en la comparant à son action lorsqu'il était président.

Alors que la crise éclatait en 2008, "nous avons pris une décision lourde (...) Nous avons dit à tous ceux qui déposaient leurs économies dans les banques que pas un seul ne serait ruiné. Et nous n'avons pas connu les queues devant les établissements bancaires".

"J'aimerais qu'on pense à ce qui a été fait à ce moment-là quand on parle de certaines initiatives aujourd'hui", a-t-il poursuivi, sans citer la taxe un temps envisagée sur les dépôts de moins de 100.000 euros. "Je ne critique personne car ça ne sert à rien. Je dis simplement que la confiance (...) c'est la chose la plus longue à construire et la plus facile à perdre. Soyons très attentifs à cela".

"Je ne parle que de la Belgique"

Dressant les louanges de "la politique de réforme profonde" menée par M. Reynders, M. Sarkozy a affirmé qu'elle avait "permis aux citoyens belges d'être moins fiscalisés, de consommer, d'investir et d'avoir une économie qui a amélioré sa compétitivité".

S'adressant à son hôte, il a ajouté: "Tu as allégé la taxation sur les heures supplémentaires, tu as supprimé les taux d'imposition jugés confiscatoires à 52 ou 55%". L'ancien président s'est alors interrompu et a levé les yeux au ciel: "Je précise que je ne parle que de la Belgique".

Elevé au rang de "commandeur", M. Reynders a déclaré sa "fierté" d'être "décoré par la France". "C'est un signe des bonnes relations entre nos deux pays", a ajouté l'élu d'Uccle, une commune de l'agglomération bruxelloise jumelée à Neuilly, dont M. Sarkozy a longtemps été maire.

Pour l'occasion, il avait invité plus de 300 personnalités belges, dont de nombreux chefs d'entreprise comme le milliardaire Albert Frère, dans les salons d'honneur du Palais d'Egmont, l'un des bâtiments les plus prestigieux du centre de Bruxelles.

La cérémonie a été couverte par les principaux médias du royaume, mais des journalistes français ont protesté pour ne pas y avoir eu accès.

M. Sarkozy devait terminer sa journée bruxelloise en étant reçu, à titre privé, par les deux principaux responsables de l'Union européenne, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.