Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet

: H2O en assurance vie il y a versement

M4822579
13 oct. 202011:55

d'un dividende  correspondant à la valeur de la SP 
35,46 pour multistrategie sp r
17,66 pour multiequities sp r c
21,57 pour multibonds sp sr
et en date valeur du 8/10/20

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

17 réponses

  • M3406634
    13 octobre 202012:22

    M4822579 : ce n'est pas un dividende !! il s'agit de la valorisation estimative de la part d'actifs " peu liquide" , voire " illiquides " de ces fonds . Cette partie sera vendue au mieux d'ici juin 2021 , mais rien n'indique que cette revente , par définition difficile , permettra d'atteindre les niveaux de valorisation indiqués ce jour ...

    Signaler un abus

  • phili363
    13 octobre 202012:41

    Je suis d'accord avec M3406634 et je pense qu'on pourra être satisfait si H2O récupère en cash la moitié de cette estimation d'ici le 30 juin 2021, voire reporté au 31 décembre 2021 dans l'intérêt des porteurs de parts!

    Signaler un abus

  • M4822579
    13 octobre 202013:15

    je me suis sans doute mal exprimé , cet argent se trouve sur le compte en euros , détaché des sicav . Il y a peut etre une convention particulière , un peu comme avec les scpi , aucune idée 

    Signaler un abus

  • M8865601
    13 octobre 202013:22

    Je n'ai rien sur mon assurance-vie.

    Signaler un abus

  • M3406634
    13 octobre 202013:40

    M4822579 : il est effarant et navrant de constater que des personnes comme vous , dénuées de toutes connaissances boursières et financières , investissent sur des produits aussi pointus et risqués que la gamme des FCP de H2O asset Management .

    Signaler un abus

  • Rom12
    13 octobre 202014:30

    M340, ce n'est pas la peine de te fâcher. J'ai vu des gens soit disant très pointu prendre des décisions de vendre parce que le cac chutait en décembre 2008 alors que c'était juste l'inverse qu'il fallait faire. Les H2O sont des outils très complexes et personnellement je n'y comprend rien.  S'il fallait que je comprenne tout sur ce produit je serais le bras droit de Castres. Donc ça ne me parait ni effarant ni  navrant. M482 a acheté ça sur les conseils de quelqu'un et j'espère juste qu'il n'en a pas un trop grand pourcentage de ses économies.  Je me trompe M482

    Signaler un abus

  • tomc37
    13 octobre 202015:36

    Sur mon AV spirica, mes MB ont été séparés en 2 lignes comme prévu:- H2O Multibonds - FCP SR - (C)-EU,  VL: 90,75 €- H2O MULTIBONDS SP SR, VL: 0.01€
    Je m'interroge quand sur les valeurs liquidatives, à mon avis ils n'ont pas encore sorti les actifs illiquides du fond principal.

    Signaler un abus

  • tomc37
    13 octobre 202015:38

    Et effectivement j'ai reçu 21.57€/part de dividendes sur le fond euros ???

    Signaler un abus

  • M3406634
    13 octobre 202015:45

    Rom 12  : vos propos sont sages et tolérants ... mon petit emportement est probablement lié à mes propres turpitudes , car , ayant fait 322% de plus-value sur Multibonds en 6 ans  ( en connaissant bien le produit et ayant étudié la stratégie de Castres ) , je n'ai pas su vendre au bon moment ... alors suis-je peut-être un peu aigri  , mais je conserve l'intégralité dans la perspective de jours meilleurs ! Bien cordialement .

    Signaler un abus

  • tomc37
    13 octobre 202015:48

    Rectification: dans l'historique de mon contrat, j'ai une ligne "distribution de dividende" de 21.57€/part versé sur le fond euros en date du 08/10/20.Mais je n'ai reçu aucun euro sur mon fond euros...
    A mon avis Spirica est entrain de faire la séparation des fonds illiquides, et ils passent par une distribution fictive sur le fond euros pour migrer ces fonds da la part FCP vers la part SP.

    Signaler un abus

  • Rom12
    13 octobre 202016:42

    M3406634 , selon la date de rentrée sur H2O Multibonds le résultat peut effectivement être très positif. Mes premiers achats datent de janvier 2016. C'est donc encore très bien. (60% en pas 5 ans)  Mais j'en avais racheté un peu en 2019. (là je suis à moins 29%)  Là c'est beaucoup moins bien. Au total ce n'est pas si mauvais. Mais ça dépend de ce qu'il va se passer maintenant. De toute manière honnêtement je ne sais pas où mettre mes économies aujourd'hui: un peu de fonds garanti, des Fonds Immo, et puis du H2O. ça me paraissait pas trop mal...  

    Signaler un abus

  • M3406634
    13 octobre 202017:02

    Rom12 : nous sommes dans la même situation , tentant de trouver un compromis rendement / sécurité / risque raisonnables . Pour ma part 70% en assurance-vie € , 15% dans PEA très agressif , et 15% en Multibonds  ... de la gestion en quasiment " bon père de famille"  !!! Comme vous je ne sais pas quelle autre voie emprunter .

    Signaler un abus

  • restif1
    13 octobre 202017:04

    Me trompai-je? les avoirs "illiquides" des fonds Multibonds sont des obligations de sociétés privées, donc non garanties, mais à taux d'intérêt élevé.  Elles pourraient intéresser des investisseurs et trouver preneur en ces temps de taux négatifs

    Signaler un abus

  • M1048233
    13 octobre 202017:13

    (Source : site web Gestion de Fortune) "Le mardi 13 octobre 2020, c'est la date de réouverture des fonds phares d'H2O AM suspendus depuis le 28 août dernier. Bruno Crastes, son directeur général, a accordé à Gestion de Fortune son premier entretien public depuis le début d'une crise sanitaire à l'origine des déboires de la société de gestion.

    Le 28 août 2020, le régulateur a demandé à H2O Asset Management de suspendre les souscriptions et les rachats pour trois de ses fonds, mesure que ses dirigeants ont étendue par précaution à d'autres produits. Une décision qui a défrayé la chronique et affecté nombre de porteurs.

    Avant même le 13 octobre, date de réouverture des fonds phares de l'affilié à Natixis Investment Managers présents dans les portefeuilles et les contrats d'assurance vie des épargnants, Bruno Crastes, directeur général de H2O AM, nous a accordé son premier entretien public depuis le début d'une crise sanitaire à l'origine des déboires de la société de gestion et de la déconvenue des investisseurs.

    Propos recueillis par Michel Lemosof

    - Pourriez-vous revenir sur les principes fondamentaux de votre gestion, sachant que beaucoup la jugent beaucoup trop risquée ?
    Bruno Crastes : Pour réussir, il faut parfois « du sang, du labeur, de la sueur et des larmes », pour reprendre la promesse de Winston Churchill juste après son accession au pouvoir en 1940. Cela peut se transposer à l'investissement : il faut travailler et être prêt à souffrir pour être performant. Cela dit, nous sommes entièrement responsables de ce qui nous est arrivé en 2020. Nous ne nous appuyons pas sur la mauvaise tenue des marchés pour justifier notre sous-performance durant la première vague de la pandémie de Covid-19.

    Pour en revenir à nos stratégies de gestion, il faut souligner que nous nous positionnons pour tirer parti d'une certaine irrationalité des marchés. Il y a en permanence des actifs dont le prix n'est pas en adéquation avec la réalité du monde. Qu'elle soit politique, économique ou réglementaire. Nous mettons donc en œuvre une gestion de valeur relative et nos différentes stratégies découlent d'un scénario unique à moyen terme. Nos vecteurs de performance sont essentiellement des arbitrages, qui s'accompagnent parfois d'enveloppes directionnelles.

    S'il est bien fait, l'arbitrage est une source de performance de qualité, ce que nous avons démontré depuis de longues années. Nous pilotons nos stratégies à travers un indicateur synthétique qui est le risque, mais cela ne signifie pas que notre approche soit plus risquée qu'une autre. Des fonds comme H2O Largo ou H2O Adagio sont même peu risqués, alors que des fonds comme H2O MultiStrategies, H2O Multibonds et H2O Multiequities sont plus exposés. Notre gamme est structurée par le niveau de risque et par l'univers d'investissement.

    - Vous n'êtes pourtant pas toujours bien compris...
    Bruno Crastes : La dislocation des marchés est parfois difficile á expliquer. Les indicateurs comme la volatilité de la volatilité ne sont pas très usuels. Nos explications peuvent parfois paraitre compliquées. Il n'en demeure pas moins que la crise de 2020, dans le sillage du confinement des économies, a eu un impact très négatif sur nos performances. Nous avons été surpris par la violence de la dislocation des marchés financiers.

    Cette dislocation, quatre fois supérieure à celle de 2008 en termes d'amplitude par unité de temps, a entraîné une bipolarisation sans précédent des actifs, en contradiction totale avec notre scénario initial. Les baisses survenues en mars sont en rapport direct avec la recorrélation extrême et brutale de nos positions. Nos modèles de risque pouvaient difficilement l'intégrer et cela nous a laissé peu de possibilités d'ajustement préalable.

    Nos fonds ont réagi de manière différenciée, principalement en fonction de l'univers d'investissement. Le cœur de notre gamme, les fonds dont l'univers est constitué d'obligations internationales et de change ont perdu entre 6 mois et 18 mois de performance. Ce qu'illustrent des fonds comme H2O Largo (- 2 % depuis le début de l'année et + 1,7 % par an depuis sa création en 2018), H2O Adagio (- 3,5% en 2020 et +3,47 % en annualisé sur 10 ans) et H2O Multibonds (- 27 % en 2020 et + 14,4 % par an sur 10 ans). Le fonds H2O MultiAggregate est, quant à lui, déjà au pair sur 2020 et affiche 9,3% par an sur 4 ans.

    A chaque fonds correspond un horizon de placement. Plus celui-ci est éloigné, plus le risque pris pour délivrer de la performance - qui est notre seul et unique but - peut être élevé. Comme notre gamme avait enregistré d'exceptionnelles performances pendant 10 ans, les investisseurs, les observateurs et les médias n'ont regardé que la partie la plus risquée de notre offre. Fin 2019, nos fonds étaient à leur plus-haut historique. Nos stratégies ont maintenant beaucoup de potentiel. Les prix des actifs vont se normaliser car ils sont le miroir de l'intelligence humaine qui est néguentropique.

    La remontée prendra du temps pour nos fonds les plus touchés, mais elle aura lieu. Le marché rendra la performance qu'il a aspirée. Malgré le drawdown de cette année, nous restons convaincus que notre approche - que très peu de gérants pratiquent dans le monde - a de la valeur car elle est performante sur le long terme et rare.

    - Vos moteurs de performance ne sont-ils pas grippés ?
    Bruno Crastes : A la lumière de nos performances passées, notre processus d'investissement délivre des rendements exceptionnels sur le long terme mais il est sensible aux périodes de dislocation des prix des actifs. Ces périodes de désordre ont pour conséquence que nos fonds rendent une partie des performances passées. Mais ils ont toujours recouvert ces contre- performances.

    Il est important d'insister sur le fait qu'au-delà d'ajustements nécessaires à venir, le moteur de performance historique reste intact. 2020 (qui n'est d'ailleurs pas finie) ne serait que la quatrième année de performance négative de notre équipe de gestion sur les 26 dernières. Il faut remettre les choses en perspective et bien tenir compte des horizons d'investissement de nos fonds, qui ne se mesurent pas en mois mais en années.

    - Votre scenario ?
    Bruno Crastes : Il y a un décalage aujourd'hui important entre la situation réelle de l'économie et les remèdes, appliqués par les gouvernements et les banques centrales, sous la forme de politiques monétaires et fiscales d'une envergure jusqu'ici inégalée. En d'autres termes, nous assistons à une reprise en V, alors que les institutions n'ont pas d'autres choix que de mettre place des mesures fiscales et monétaires comme si la reprise n'avait pas commencé, comme si la trajectoire des économies était en L.

    Les conséquences à court terme sont que les actifs vont se normaliser et resteront soutenus. A moyen terme, l'inflation, notamment dans les pays les plus dynamiques comme les USA, devrait repartir. On a rarement vu une combinaison de recettes « friedmanienne » et « keynesisienne » de cette ampleur, dont les conséquences seront importantes à moyen terme.

    - Est-il gênant d'être accusé de faire de la gestion alternative alors que vous gérez des fonds qui s'adressent a priori à tous les investisseurs ?
    Bruno Crastes : Non. Nous faisons effectivement de la gestion alternative ! Nous sommes alternatifs aux benchmarks et prétendons pouvoir apporter de la performance sur nos horizons de placement quelle que soit l'orientation des marchés financiers. Chez H2O AM, nous ne voulons pas être prisonniers de la direction des marchés. Nous n'avons donc en général pas de benchmark.

    C'est exactement le sens du terme « alternatif » tel qu'il existe dans notre industrie depuis les années 90. La gestion traditionnelle consiste à investir sur des produits « benchmarkés » ou, aujourd'hui, thématiques. La performance est essentiellement liée au thème ou à la classe d'actifs sous-jacente. Chez nous, vous achetez le savoir-faire de la société de gestion.

    Nous n'avons jamais d'excuses si notre performance est mauvaise. Nous sommes une société de gestion qui a toujours œuvré pour éviter que la gestion passive devienne la norme absolue. A nous de démontrer, une nouvelle fois, que nous avons notre place dans les allocations d'actifs de nos clients. Certes, quand vous sous-performez, vous essuyez des critiques qui peuvent être très vives, car vous êtes le seul responsable. Mais la performance décorrélée est une ressource rare et personne ne peut nier notre track record depuis 10 ans chez H2O AM et depuis 26 ans pour l'équipe de gestion.

    - Avez-vous mal évalué les risques liés à la dette privée ?
    Bruno Crastes : S'il est difficile d'apprécier sa propre conduite, il faut accepter que l'amplification des incertitudes de valorisation ait provoqué une suspension. Nous avons déjà déprécié les titres. Nous allons les céder, aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire, dans l'intérêt de nos investisseurs. Dans le futur, nous n'achèterons plus de dettes privées dans des fonds UCITS, et ce quel qu'en soit le rendement. Pour nous, « privé » devrait être synonyme de « confidentiel ».

    Or, aujourd'hui, ce n'est plus le cas pour nous. Si subir la critique sur notre gestion liquide n'a pas d'effets sur les actifs sous-jacents, cela n'a pas été le cas sur les obligations dites « privées », même si la plupart d'entre elles étaient cotées sur un marché.

    - Comment le cantonnement annoncé se traduit-il ?
    Bruno Crastes : Après scission, au lieu d'avoir un seul support d'investissement, les porteurs en auront deux : un FCP-« miroir », parfaitement liquide, où notre expertise global-macro sera pleinement représentée, et un fonds SP (side pocket), où les instruments illiquides ou très peu liquides du groupe Tennor seront mis de côté jusqu'à ce que nous les liquidions. Le contrat (appelé « Evergreen ») qui définit le calendrier des cessions dispose de deux étapes et arrivera à échéance en juin 2021.

    Nous envisageons de pouvoir faire des remboursements en cash en fonction de la réalisation des cessions. L'importance du travail juridique et opérationnel a un peu retardé la réouverture des fonds, qui est a finalement été fixée au 13 octobre. Nous avons continué à gérer pendant la période de suspension et avons publié chaque jour des valeurs liquidatives estimatives. Celles-ci se sont bien tenues depuis fin août. La somme des deux valeurs liquidatives devrait donc être proche de celle du fonds initial (voire supérieure à celle-ci) avant sa fermeture temporaire. Selon nous, sortir à partir de la mi-octobre ou dans les semaines qui suivent, si on n'y est pas contraint, relèverait d'un mauvais timing.

    Il ne faut pas se laisser guider par l'émotion. De toute façon, compte tenu du mécanisme de swing pricing que nous avons adopté (les coûts de rachat sont supportés par les sortants), les porteurs qui resteront ne seront pas affectés par les rachats.

    - Pourquoi avez-vous durci votre tarification retail ?
    Bruno Crastes : Nous avons eu une énorme demande et notre capacité en termes d'actifs sous gestion n'était pas sans limite. Quand un produit est rare et très demandé, il est logique d'en augmenter le prix. Nous l'avons fait sur certaines classes de part (SR, pour super retail), dans l'intérêt de nos investisseurs et pour protéger la performance. Cela a été très bien compris par nos partenaires et par nos clients.

    - Votre objectif n° 1 aujourd'hui ?
    Bruno Crastes : Notre objectif n'est pas de faire croître nos encours, mais de démontrer une nouvelle fois notre capacité de rebond. Nous allons aussi promouvoir des fonds de création récente (convertibles, dette souveraine européenne, « systématique », volatilité...) et en ouvrir d'autres, comme un fonds de fonds sur notre gamme historique. Nous préférons l'excellence à la taille. Notre challenge est donc de montrer de nouveau á nos investisseurs notre utilité dans leurs allocations d'actifs.
    "

    Signaler un abus

  • M3406634
    13 octobre 202017:37

    Merci  M1048233 pour la communication de cet article . Ces explications de BC s'avéraient nécessaires ; j'y vois de la lucidité et une forte détermination à maintenir un type de gestion décorrélé de la gestion traditionnelle . Si nous voulons du rendement , il faut accepter le risque , et je conserve l'intégralité de ma position . 

    Signaler un abus

  • M2993898
    14 octobre 202010:07

    Signaler un abus

  • joel509
    14 octobre 202013:53

    Merci 
    M1048233.
    J'ai toujours fait confiance à Bruno Crastes et je continue. 
    Je garde mes MULTIBONDS, MULTISTRATEGIES et MULTIEQUITIES. 
    Sans les risques, il n'y a pas de haut rendement.

    Signaler un abus

Retour au sujet

17 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer