Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Voyages, hôtels, cafés : 6 conseils pour éviter les litiges pendant les vacances

Le Figaro09/07/2016 à 08:00

Alors que les juillettistes sont, pour certains, déjà arrivés sur leur lieu de vacances, les services de la répression des fraudes publient un petit guide pour que leur séjour ne soit pas gâché par des abus ou conflits. Certains conseils peuvent surprendre.

Certes, les beaux jours tardent à arriver dans une bonne partie de la France, mais les grandes vacances ont bien commencé! Les premiers juillettistes ont pris la route des vacances d'été dès le week-end dernier, alors que l'année scolaire s'achevait officiellement le mardi 5 juillet. Alors que les trois quarts des Français comptent prendre une pause estivale cette année, selon un sondage OpinionWay pour Ooreka (Solocal group), soit un peu plus que l'an dernier, les services de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont publié un petit guide à l'usage des vacanciers afin que leur séjour ne soit pas gâché par des abus, escroqueries ou litiges. Déplacements, hébergement, restauration, santé, loisirs, Le Figaro a sélectionné certains des conseils les plus inattendus.

»» Lire aussi: Les 20 applications indispensables sur la route des vacances

• Plus envie de faire la croisière que vous avez réservée? Céder votre voyage, c'est possible

Dans son chapitre dédié aux voyages et séjours à forfait, la DGCCRF souligne qu'il est tout à fait possible pour un consommateur de céder son contrat de voyage «à une personne qui remplit les mêmes conditions» que lui. Pour ce faire, il doit en informer le vendeur par recommandé avec accusé de réception «au plus tard 7 jours avant le début du voyage (15 jours s'il s'agit d'une croisière)». À noter, toutefois, que le vacancier qui se désiste reste «solidairement responsable» vis-à-vis de la société qui lui a vendu le voyage du paiement du solde du prix ainsi que de frais supplémentaires que cette cession pourraient éventuellement occasionner. Par exemple, «certaines compagnies d'aviation refacturent le billet».

»» Lire aussi: Annulation d'un biller d'avion: comment se faire rembourser ?

• Pour éviter le camping sauvage, plantez votre tente à la ferme

Pour les vacanciers qui souhaitent éviter les établissements officiellement classés - dont la liste est diffusée gratuitement sur le site Internet d'Atout France -, la DGCCRF leur déconseille fortement le camping sauvage, à moins de s'assurer que l'emplacement n'est pas interdit (par exemple, des terrains situés en zone d'incendie) ou qu'ils obtiennent l'accord du propriétaire du terrain. En revanche, l'administration propose une autre option: le camping à la ferme. Elle rappelle ainsi qu'«un exploitant peut recevoir jusqu'à 6 tentes ou caravanes ou 20 campeurs, sur simple déclaration en mairie».

»» Lire aussi: Téléphone, ordinateurs… faut-il les assurer avant son départ en vacances?

● Un hôtel refuse de vous loger avec vos charmantes têtes blondes? Il n'en a pas le droit!

Alors que les hôtels interdits aux enfants connaissent un étonnant succès dans plusieurs zones touristiques, comme la Turquie, la Grèce, l'Espagne ou la République dominicaine, l'administration française met les points sur les «i»: «Un hôtelier n'a pas, bien sûr, le droit de refuser l'accès de son établissement aux familles accompagnées d'enfants. En effet, il tomberait alors sous le coup des articles L 225-1 à 225-4 du Code pénal qui interdisent les discriminations fondées sur l'origine, le sexe, la situation de famille, l'appartenance à une ethnie, nation, race, religion déterminée.» Dans la pratique, pourtant, certains hôteliers refoulent les familles avec enfants sous certains prétextes, admet la DGCCRF, qui invite les vacanciers victimes de ces pratiques à se rapprocher d'associations de consommateurs ou à porter plainte.

»» L'étonnant succès des hôtels interdits aux enfants

• Même en pleine chaleur estivale, les cafetiers ne sont pas tenus de vous servir un verre d'eau gratuit

Le café est un lieu très prisé des vacanciers, que ce soit pour un petit café noir au comptoir, une salade en salle ou un «demi pression» en terrasse. La DGCCRF rappelle donc en quelques lignes les droits et obligations des cafetiers. Par exemple, les boissons en bouteille doivent être versées en votre présence lorsqu'elles sont détaillées au verre ou ouvertes devant vous si vous avez commandé une bouteille complète. À noter par ailleurs qu'un cafetier a tout à fait le droit de vous refuser l'accès au téléphone et aux toilettes si vous ne consommez pas dans l'établissement, ainsi que de vous servir un verre d'eau gratuit!

• Un serveur tache par accident vos vêtements? Le restaurant doit vous payer le teinturier

En cas de litige au restaurant, le guide indique qu'un restaurateur doit remplacer un plat servi que vous estimez inacceptable (manquant de fraîcheur, par exemple) ou encore «vous rembourser les frais de teinturier si vous êtes victime d'un incident de service». En tout état de cause, un établissement a l'obligation de vous dédommager «si vous avez été victime d'un problème quelconque par suite d'une négligence ou d'une faute du restaurateur ou de l'un de ses employés». Attention, en revanche, si vous vous faites voler un vêtement dans son établissement, un restaurateur n'a l'obligation de vous indemniser que si vous aviez confié le vêtement concerné au vestiaire du restaurant.

• En discothèque, attention au prix du vestiaire

Les discothèques, cabarets et autres lieux de sorties doivent «afficher, lisiblement et d'une manière visible de l'extérieur, les prix» d'une liste de prestations clairement définie: une boisson sans alcool (nature et contenance) ; une boisson alcoolisée servie au verre (nature et contenance) ; une bouteille de whisky (marque et contenance) ; une bouteille de vodka ou de gin (marque et contenance) ; une bouteille de champagne (marque et contenance). Attention, note la DGCCRF, au prix du vestiaire - bien souvent obligatoire et payant - qui, lui, doit être affiché à l'intérieur de l'établissement. Idéalement le prix devrait être «clairement affiché dès l'entrée de l'établissement pour la bonne information du consommateur».

»» Carburants: des prix en baisse pour les grands départs en vacances

»» Les comportements à adopter pour éviter les conflits en vacances

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.