Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Vêtement : les marques se libèrent de la Chine

Le Figaro15/02/2012 à 21:51
INFOGRAPHIE - Elles cherchent des alternatives au «made in China» pour réduire les coûts et réagir vite aux fluctuations du marché.

En dépit de la crise, qui a vu les ventes de textile-habillement chuter de 2,7%, l'an passé en France, les importations françaises ont augmenté de 7% en valeur, selon une étude de la Fédération de la maille et de la lingerie pour le salon Zoom by Fatex. «Il y a un décalage entre le moment où les marques achètent et la vente en magasin, indique Anne-Laure Linget, responsable international de la fédération pour expliquer ce paradoxe. Certaines marques ont rogné sur leurs marges pour ne pas trop augmenter les prix.»

La Chine reste certes le plus gros exportateur mondial de vêtements et le premier fournisseur pour le marché français. Les importations chinoises ont augmenté de 7% de janvier à novembre 2011. Cette progression est tirée par la hausse des coûts de production. En volume, la croissance se limite à 4%.

Et cette augmentation des coûts de production incite les importateurs français à diversifier leurs sources d'approvisionnement: 68% d'entre eux l'ont fait l'an passé, selon l'Institut français de la mode (IFM). Après avoir flambé il y a un an, les prix du coton sont certes revenus à leur niveau de mi-2010. Mais la flambée des salaires chinois se poursuit: suite à des grèves, ils s'échelonnent entre 180 et 300 euros par mois. C'est autant qu'en Biélorussie et plus qu'en ­Tunisie (160 euros) et à Madagascar (50 euros). De plus en plus de marques, comme Petit Bateau, Etam ou Celio, s'approvisionnent dans cette île.

Des fournisseurs proches de l'Hexagone

Les importations françaises de textile ont fortement augmenté au Bangladesh (+ 26%) et au Pakistan (+ 29%). Le Bangladesh, où le salaire moyen s'élève à seulement 80 euros, malgré un doublement en deux mois, s'impose comme le deuxième fournisseur de la France, devant la Turquie, l'Inde et la Tunisie. Des fournisseurs plus proches de l'Hexagone avancent également leurs pions: la République tchèque a vu ses exportations s'envoler de 55% et la Bulgarie, de 56%.

La hausse des coûts salariaux n'est pas la seule cause de cette modification des sources d'approvisionnement. Les frais de transports (dopés par la hausse du pétrole) et les délais de livraison incitent de plus en plus de distributeurs français à transférer leurs commandes d'Asie du Sud-Est vers des destinations plus proches: Europe de l'Est, Euroméditerranée, Madagascar... Déjà, la Roumanie, surnommée la «Chine de l'Europe», est le premier fournisseur textile européen de la France. L'Ukraine travaille pour Hugo Boss ou Zara. Et Beaumanoir (Cache-Cache, Morgan) a créé des bureaux d'achats en Turquie.

Par ailleurs, il est quasi impossible d'obtenir, en cours de collection, le réassort rapide d'un best-seller made in China. «Le sourcing en Chine devient de moins en moins compétitif, estime Frédéric Biousse, codirecteur de Sandro et Maje. Malheureusement, l'outil industriel de la France reste trop faible, ce qui conduit la plupart des marques à se tourner vers le Portugal et l'Europe de l'Est, en Roumanie, en Ukraine et en Bulgarie.»

Moins dépendre de la Chine peut devenir une nécessité. L'industrie textile ne fait plus partie du plan quinquennal chinois. L'explosion du marché intérieur chinois et le manque de main-d'œuvre ont conduit des usines chinoises à ne pas renouveler leurs contrats avec de petits fabricants européens, priés d'aller sourcer ailleurs.


LIRE AUSSI:

» Chine et Inde: l'activité industrielle rebondit

» Le textile maintient ses prix

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.